Étiquette : zen

Comment ne plus être à la merci des autres

Comment ne plus être à la merci des autres

Il y a quelques années, j’étais à la merci des humeurs des autres et des évènements extérieurs.

C’est très pénible parce que j’attendais inlassablement que les autres me prennent en considération, qu’ils soient plus gentils, plus attentifs, etc… Il fallait qu’ils changent pour que moi je puisse être moins frustrée et plus heureuse.

Aujourd’hui, les choses ont beaucoup changé pour moi.

C’est un sujet que j’aborde souvent sur mon site et ma chaîne You Tube. Il est au coeur de mes accompagnements parce qu’on ne se rend pas compte, tant qu’on est encore dans la souffrance inutile, qu’il suffit de changer son regard sur les choses, de modifier sa façon d’entrevoir les évènements, pour ne plus être à la merci des autres et de tout ce qui peut se passer à l’extérieur de soi. 

D’ailleurs, Gandhi le disait : « Sois le changement que tu veux voir dans le monde ». C’est une très belle phrase, inspirante, qui donne envie d’être ce changement. Mais concrètement, comment faire ? 

C’est justement ce que je vous explique dans cette nouvelle vidéo. Vous allez voir que c’est en vous posant les bonnes questions que vous allez pouvoir devenir ce changement, que vous allez pouvoir modifier votre perception au sujet des agissements des autres. 

Aujourd’hui, même si je suis encore sensible à ce qui vient de l’extérieur, la grande différence qui change tout dans mon quotidien, c’est que je n’attends plus que mon bonheur vienne de l’extérieur.

Il vous suffit de cliquer ci-dessous pour visionner la vidéo :

Emily

 

👉 Pour travailler ensemble afin que tu puisses être toi-même sans plus culpabiliser ni te plier aux attentes des autres, c’est par ici : accompagnement personnalisé

 

comment faire pour ne plus être à la merci des autres

Comment trouver la paix intérieure quand on a eu des parents toxiques ?

Comment trouver la paix intérieure quand on a eu des parents toxiques ?

Je sais que ce sujet touche bon nombre d’entre vous chers amis qui me suivez. Trouver la paix intérieure, la sérénité, la confiance en soi et en la vie, c’est tout un défi que nous avons à relever lorsque nous avons eu des parents toxiques.

Je vous parle dans cette vidéo de mon propre cheminement qui m’a menée à la sérénité et la paix intérieure. 

comment trouver la paix intérieure quand on a eu des parents toxiquesJ’aborde donc ici une notion fondamentale quand on veut trouver la paix intérieure quand on a eu des parents toxiques, qui est mal interprétée, mal véhiculée, mal comprise : c’est la notion de pardon. 

Pour trouver cette paix intérieure, il a « fallu »  que je pardonne ma propre mère qui est comme on dit dans le langage courant, toxique (moi je préfère parler de mère mal aimante).

Vous allez découvrir dans cette vidéo :

  • Ce que n’est pas le pardon
  • Ce qu’est le véritable pardon
  • En quoi il va vous aider dans votre cheminement vers la paix intérieure
  • Que faire avec vos parents toxiques une fois que vous les avez pardonnés

N’hésitez pas à revenir vers ces articles ou vidéos : 

Avec tout mon amour, 

Emily

 

Comment faire pour ne plus stresser, angoisser, culpabiliser lorsque vous ne faites pas ce que les autres attendent de vous ?

Comment faire pour ne plus stresser, angoisser, culpabiliser lorsque vous ne faites pas ce que les autres attendent de vous ?

Ça n’est pas facile d’être qui on est vraiment quand on est encore aux prises avec ses blessures émotionnelles de l’enfance. Il y a encore pas si longtemps, quelqu’un sur ma chaîne You Tube m’avait écrit un commentaire qui disait à peu près ça « Parle plus vite ! ». J’ai fait ma belle en faisant celle qui prenait les choses de haut, mais la vérité c’est que ce commentaire m’avait atteint et déstabilisée. Je n’étais pas comme cette personne voulait que je sois, et ça me faisait stresser. Alors comment faire pour ne plus stresser, angoisser, culpabiliser lorsque vous ne faites pas ce que les autres attendent de vous ? 

Ce qui se passe

Quand cette personne avait écrit « Parle plus vite ! », les pensées qui m’étaient venues, c’était genre : 

  • Je ne parle pas assez vite, les gens doivent croire que je suis une cruche. 
  • Je ne suis pas à la hauteur puisque moi je ne suis pas comme tous les gens qui réussissent et qui enchaînent l’atteinte de leurs objectifs en deux temps trois mouvements. 
  • Je ne dois pas être quelqu’un de bien car je ne corresponds pas aux critères des gens qui sont bien vus dans la société (les gens bien vus sont rapides). 

Après, ça s’enchaîne dans la tête. On n’arrive plus à penser à autre chose. Les pensées tournent en boucle, du genre « T’es vraiment trop nulle ! Tu ne sais même pas être rapide ! Laisse tomber, t’y arriveras jamais ! » et on se ronge les ongles, on dévalise le frigo, on boit un petit verre, on fait cramer sa carte bleue. On se sent stressé, angoissé, coupable de ne pas être comme les autres voudraient que l’on soit. On ne mérite plus d’être heureux, on ne mérite plus de s’épanouir, on ne mérite plus de profiter de la vie comme on voudrait pourtant en profiter. 

Voilà ce qui se passe quand on est encore empêtré les pieds dans le tapis avec ses blessures émotionnelles de l’enfance.

D’où vient le problème ?

comment ne plus stresser, angoisser, culpabiliser lorsque vous ne faites pas ce que les autres attendent de vousOn accorde de l’importance à l’opinion des autres sur ce qu’ils pensent de nous, alors que la seule opinion qui compte, et je dis bien la seule, c’est la nôtre.

Et c’est de là que vient le problème. L’origine du stress, de l’angoisse, de la culpabilité vient du jugement que l’on a sur soi. Parce que cette personne peut me dire « Parle plus vite ! », si moi je suis bien dans mes baskets, qu’est-ce que ça peut bien me faire ce qu’elle pense de moi ? 

Le problème, ce n’est pas l’autre ni ce qu’il vous dit (même si on aimerait vraiment que ce soit l’autre le problème 🙂 ). Le vrai souci, c’est comment vous vous sentez avec ce que l’autre vous renvoie.

A lire aussi : Comment ne plus dépendre du regard des autres

Le défi qui se présente à vous

Je ne distribue pas de pilule miracle, c’est pas le genre de la maison. Vous pourrez toujours trouver des « astuces » sur Internet pour ne plus stresser, angoisser ou culpabiliser. Respirer profondément par exemple, faire un exercice de cohérence cardiaque (celui-ci est top) va vous aider à vous sentir mieux sur l’instant. Mais tant que vous n’aurez pas travaillé sur vos blessures émotionnelles, le stress, l’angoisse et la culpabilité reviendront toujours comme un boomerang.

Si vous voulez vous débarrasser une bonne fois pour toute du problème, il va falloir aller déraciner le mal. Et ça peut prendre du temps, comme ça peut aller très vite. 

Le défi va donc être de modifier les perceptions que vous avez de vous-même. Il va falloir aller creuser sur ce qui fait que vous vous dénigrez, que vous vous rabaissez, que vous accordez du crédit à ce que vous dit l’autre.

Et ce n’est pas facile à faire pour tout le monde. C’est bien pour ça que je propose un programme de coaching que vous pouvez retrouver ici, pour les personnes qui ny arrivent pas seules, ou alors pour celles qui veulent gagner beaucoup de temps.  

Comment ne plus stresser, angoisser, culpabiliser lorsque vous ne faites pas ce que les autres attendent de vous ?

Vous pouvez déjà commencer par accepter que vous stressez, angoissez ou culpabilisez. Vous avez peut-être conscience que vous avez ce genre de ressenti, mais il y a une différence énorme entre « en avoir conscience » et « accepter ». Accepter ça signifie accueillir ce qui est là, présent. Ne pas chercher à le rejeter ni à l’éradiquer. Parce que la plupart du temps, dès qu’on a conscience qu’on ressent quelque chose de désagréable, on a tendance à le fuir, à le chasser de soi, à le nier. On n’en veut pas parce que ça ne cadre pas avec ce qu’on voudrait vivre.

Le problème quand vous rejetez ce que vous ressentez, c’est que ce que vous essayez de chasser prend de l’ampleur. 

Alors que quand vous l’accueillez, son pouvoir sur vous perd de sa puissance. 

Vous n’accueillez pas vos ressentis désagréables parce que vous êtes d’accord avec eux. Vous ne les accueillez pas pour dire « Ah génial je suis stressé, c’est ça que je veux » (enfin, après vous faites comme vous voulez 🙂 ). Vous les accueillez parce que vous comprenez que vous êtes un être humain et qu’un être humain ça lui arrive de stresser, d’angoisser et de culpabiliser.

Autorisez-vous à être un humain qui ressent des choses désagréables, qui traverse des épreuves, qui peut se sentir stressé ou angoissé, qui peut se sentir coupable. Vous avez le droit de ne pas vous sentir bien. 

Enfin, posez-vous cette question : 

  • Qu’est-ce que je ne m’autorise pas à être ou à faire lorsque le comportement de l’autre me fait stresser, angoisser ou culpabiliser ? 
  • Qui est-ce que cela dérange vraiment ? 

NB : N’hésitez pas à télécharger à laide de lun des formulaires du blog le guide gratuit « J’arrête de souffrir à cause des autres » dans lequel je détaille les blessures émotionnelles de l’enfance. 

Pour être soi-même

Vous allez finir par découvrir qui vous êtes en accueillant ce que vous êtes dans l’instant présent.

Pour en finir avec mon histoire, le commentaire de cette personne qui m’avait écrit « Parle plus vite ! » m’avait fait stresser et angoisser simplement parce que c’est moi et moi toute seule qui me jugeais. Je me critiquais moi-même de ne pas être quelqu’un de rapide. Je me jugeais simplement parce que j’avais le sentiment de ne pas correspondre aux critères de la société, parce que je ne faisais pas ce que les autres attendaient de moi.

Aujourd’hui, si ce que je suis dérange quelqu’un, ça m’est égal. Il est tout à fait libre de penser ce qu’il veut et de passer son chemin si ce que je suis ne lui convient pas. Moi je m’aime et je m’accepte telle que je suis. Je ne changerai pas parce que ce que je suis ne correspond pas aux critères d’untel ou d’untel. 

C’est en cela que les perceptions que j’ai de moi-même ont changé. 

Et grâce à cela, j’ai changé la manière dont je me sens face aux agissements des autres. Et ça, je vous assure que ça change la vie 🙂    

Avec tout mon amour, 

Emily

48 conseils d’Oprah Winfrey pour concrétiser ses rêves et réussir sa vie

48 conseils d’Oprah Winfrey pour concrétiser ses rêves et réussir sa vie

Oprah Winfrey, c’est cette gamine du Mississippi qui s’amusait à interviewer sa poupée de maïs, qui a été violée par des membres de sa famille à partir de l’âge de 9 ans, qui a eu un fils à 14 ans, mort peu de temps après sa naissance, et qui est devenue la femme la plus influente du monde. Elle est fascinante. Elle a une énergie de dingue, son authenticité est captivante. En plus, elle a réussi à s’élever par elle-même. C’est une femme qui m’inspire énormément depuis des années. Du coup, je me suis dit que j’allais réunir pour toi 48 conseils d’Oprah Winfrey pour concrétiser ses rêves et réussir sa vie, que j’ai classé en 7 catégories, pour que tu t’inspires toi aussi de cette femme incroyable. 

Les conseils d’Oprah Winfrey pour réussir sa vie : écouter son coeur et son instinct

 

« Avoir de l’estime pour soi-même ne s’acquiert pas seulement en te répétant certains mantras chaque matin… C’est bien plus que cela. Il s’agit de faire confiance à ce que ton propre coeur te dicte »  

 

« Ne sous-estime pas le pouvoir de ton instinct » 

 

« Avant d’accepter de faire quoi que ce soit qui pourrait ajouter même la plus petite quantité de stress dans ta vie, demande-toi : quel est mon vrai désir ? Donne-toi du temps pour laisser un oui résonner en toi. Quand il est juste, je t’assure que tout ton corps le sentira »   

 

« La passion est l’énergie. Ressens la puissance qui vient de se concentrer sur ce qui t’excite » 

 

« Suis tes instincts. C’est là où la vraie sagesse se manifeste » 

 

« Aie confiance en tes instincts. L’intuition ne ment pas » 

 

« Honore ton appel. Tout le monde en a un. Fais confiance à ton coeur et le succès viendra à toi »  

 

48 conseils d’Oprah Winfrey pour réussir sa vie
Photo : You Tube

 

Rêver

 

« Même les rêves les plus fous doivent commencer quelque part. Accorde-toi le temps et l’espace nécessaire pour laisser ton esprit vagabonder et ton imagination voler »  

 

« La plus grande aventure que tu puisses jamais avoir est de vivre la vie de tes rêves » 

 

« Crée la vision la plus haute et la plus grande possible pour ta vie, car tu deviens ce que tu crois » 

 

« Si tu ne sais pas quelle est ta passion, peut-être devrais-tu comprendre qu’une des raisons pour lesquelles tu es sur la Terre est de le découvrir » 

 

« Si tu aimes le travail que tu fais et que le travail t’accomplis, le reste viendra » 

 

48 conseils d’Oprah Winfrey pour réussir sa vie

 

A lire aussi : La formule magique pour réaliser ses rêves

La gratitude

 

« Sois reconnaissant de ce que tu as, tu en auras plus. Si tu te concentres sur ce que tu n’as pas, tu n’en auras jamais assez »  

 

« Plus tu loues et célèbres ta vie, plus elle te donnera des raisons de la célébrer » 

 

« La plus grande chose que tu puisses faire pour changer ta vie aujourd’hui serait de commencer par être reconnaissant de ce que tu as maintenant » 

 

La résilience

 

« La plus grande découverte de tous les temps est qu’une personne peut changer son avenir en changeant simplement son attitude » 

 

« Je suis une femme en processus. J’essaie juste comme tout le monde, j’essaie de prendre chaque conflit, chaque expérience et en tirer des leçons. La vie n’est jamais ennuyeuse »

 

« Transforme tes blessures en sagesse » 

 

« Fais ce que tu DOIS faire jusqu’à ce que tu puisses faire ce que tu veux faire » 

 

« Le vrai pardon est quand tu peux dire : merci pour cette expérience ! » 

 

« Il est impossible d’éviter les secousses quotidiennes. Elles font partie de la vie » 

 

« Le pardon c’est abandonner l’espoir que le passé aurait pu être différent »

 

« Tu dois seulement croire que tu peux réussir, que tu peux être ce que ton coeur désire, être prêt.e à travailler pour cela, et tu peux l’avoir » 

 

 

 

L’état d’esprit 

 

« Si tu veux accomplir tes objectifs dans ta vie, tu dois commencer par l’état d’esprit » 

 

« On devient ce que l’on croit » 

 

« Si tu veux que ta vie soit plus enrichissante, tu dois changer ta façon de penser » 

 

« Pense comme une reine. Une reine n’a pas peur d’échouer. L’échec est un autre tremplin vers la grandeur » 

 

« Tu dois trouver ce qui déclenche une lumière en toi afin que tu puisses à ta manière illuminer le monde » 

 

« Peu importe le défi que tu as à surmonter, tu dois te rappeler que même si la toile de ta vie se peint au fil de tes expériences, de tes comportements, de tes réactions et de tes émotions, c’est toi qui as le pinceau en main » 

 

« Tu obtiens dans la vie ce que tu as le courage de demander » 

 

« Tu peux tout avoir. Mais pas tout en même temps » 

 

« Une fois que tu commences à faire des changements, soudain, les choses deviennent possibles » 

 

« Sois le changement que tu veux voir. Ce sont les mots à travers lesquels je vis »

 

« Tout ce que tu crains le plus n’a pas de pouvoir. C’est ta peur qui a le pouvoir »

 

 

 

A lire aussi : Comment transformer une difficulté en opportunité

Les relations

 

« Il se peut que tu contraries les gens si tu excèdes les attentes limitées qu’ils ont toujours eu à ton égard » 

 

« Entoure-toi seulement de gens qui vont te tirer vers le haut » 

 

« Ne te contente pas d’une relation qui ne te laissera pas être toi-même »

 

« Tu ne peux pas être ami.e avec quelqu’un qui veut avoir ta vie » 

 

« Lorsque tu te fais un devoir toute ta vie d’aimer les autres, il n’y a jamais de dernier chapitre, car l’histoire se poursuit. Tu prêtes ta lumière à quelqu’un d’autre, qui éclaire une autre personne et une autre, et encore une autre » 

 

La responsabilité personnelle

 

« Le plus grand secret de la vie est qu’il n’y a pas de secret. Quel que soit ton objectif. Tu peux y arriver si tu es prêt à travailler » 

 

« Ce dont j’ai acquis la certitude, c’est que retenir la honte est le pire des fardeaux que l’on puisse s’imposer. Quand on n’a aucune raison d’avoir honte, quand on sait qui l’on est et ce qui compte pour soi, on se tient dans la sagesse »  

 

« Tu es responsable de ta vie. Et, si tu es assis.e en attendant que quelqu’un vienne te réparer, te sauver ou seulement t’aider, tu perds ton temps. Parce que tu es le/la seul.e à avoir le pouvoir de faire avancer ta vie » 

 

« Faire le meilleur en ce moment même te met dans les meilleures conditions pour le prochain moment » 

 

« Tu es responsable de ta vie. Tu ne peux pas continuer à blâmer quelqu’un d’autre pour tes dysfonctionnements. La vie consiste vraiment à avancer » 

 

« Ca n’a aucune importance qui tu es et d’où tu viens. La capacité de triompher commence avec toi. Toujours » 

 

« Toi seul as le pouvoir de faire avancer ta vie. Au plus tôt tu arriveras à cela, au plus tôt ta vie passera à la vitesse supérieure » 

 

« Dire sa vérité est l’outil le plus puissant que nous avons tous » 

 

« La véritable intégrité consiste à faire ce qui est juste, sachant que personne ne saura si tu l’as fait ou non » 

 

 

Voilà, j’espère que ces 48 conseils d’Oprah Winfrey pour concrétiser ses rêves et réussir sa vie t’aideront à développer ta puissance intérieure 🙂

Emily

Crédit photos : Unsplash

Ne plus souffrir d’avoir souffert

Ne plus souffrir d’avoir souffert

Aujourd’hui, j’écris un article particulier. Je l’écris pour toi, pour le monde. Pour que tu te décides de ne plus souffrir d’avoir souffert. Parce que c’est ça qui t’éloigne de ce que tu veux. Cet attachement à ton passé t’éloigne de la paix, la sérénité, de l’abondance, la joie de vivre. Tu restes éloigné.e de toi-même. 

Les montagnes russes 

ne plus souffrir d’avoir souffertJ’ai le sentiment qu’on tourne en rond quand on s’intéresse à son propre développement personnel. Tu partages pas ce sentiment toi ? Tu résous un truc, t’es trop content.e, et hop, il y a encore quelque chose derrière qui se présente. Encore quelque chose à libérer, une liane à couper. Tu passes du « up » au « down » en quelques jours, voire en quelques heures. Dans la même journée, tu peux ressentir l’euphorie comme le désespoir le plus profond. Et franchement, c’est chiant ces montagnes russes émotionnelles. Surtout quand ça dure pendant des mois : t’as l’impression que finalement, ça s’arrêtera jamais. Que cette tranquillité à laquelle tu aspires tant, cette paix intérieure et cette joie de vivre ne s’intalleront jamais de façon pérenne.

C’est une illusion de croire cela. Il faut faire autrement. 

Prise de conscience

Il y a quelques mois de cela, j’ai eu une prise de conscience fondamentale. Et je l’ai retrouvée hier sur un site. En fait, ce que je veux, ce n’est pas ne plus souffrir. Ce que je veux, c’est ne plus souffrir d’avoir souffert. Cette nuance produit un état d’esprit et des résultats différents. Ne plus souffrir d’avoir souffert, oui c’est cela que je veux en fait. Est-ce que cela te parle aussi ?

Laisse derrière toi ton passé. Tes souffrances et tes peines, tes frustrations, tes déceptions, tes blessures. Laisse derrière toi ce monde désolé. Coupe les lianes qui te lient encore à lui. Coupe-les, pour ton bien-être et celui de tes proches, de la planète.

Elimine les croyances limitantes

ne plus souffrir d’avoir souffertJ’avais la croyance que je devais souffrir pour être solidaire avec la planète qui souffre, les animaux et l’éco-système qu’on massacre, pour être solidaire avec les gens qui meurent de faim et de soif par delà le monde. Comme si souffrir ensemble allait permettre de créer une solidarité et une force qui donnerait l’envie de s’en sortir ensemble. Alors que souffrir pour être solidaire avec la souffrance des autres, c’est de cette façon qu’on perpétue la souffrance.

Qu’est-ce qu’on fait entre personnes qui souffrent ? On se plaint, on pleure, on a peur, on râle, on se sent coupable, on souffre ensemble.

Il faut sortir de la souffrance, ne plus souffrir d’avoir souffert. Parce qu’à ce moment-là, tu oses et tu poses les gestes qui justement vont inspirer le monde à sortir de la peur. Sortir de la torpeur, du rêve que décrit si bien Don Miguel Ruiz dans son fameux livre « Les 4 accords toltèques ». (que je te recommande +++)

A lire aussi : Comment je me libère de mes croyances limitantes

Faire une bascule

Sortir de la souffrance, cesser de souffrir d’avoir souffert pour basculer là tout de suite dans l’abondance, la beauté, la confiance, l’amour, la vie. Pour cela, tu dois couper les liens toxiques qui te relient à ton passé, ne plus aimer ces liens, ne plus les vouloir. Parce que tant que tu souffres d’avoir souffert, il y a un attachement qui te relie à ton passé. C’est toi qui, inconsciemment, tiens un côté de la liane.

ne plus souffrir d’avoir souffertC’est comme si tu tenais le bout d’une corde et l’autre bout c’est ton passé qui le tient. Ça peut être ton passé, tes souffrances, ta mère, ton père, l’histoire de l’humanité. Toi tu es responsable du bout que tu tiens. 

Tu ne peux faire autrement. Ce n’est pas en restant cramponné.e à tes souffrances, en croyant que de cette façon tu es solidaire des autres et que tu les aides à aller mieux, que le monde ira mieux. C’est impossible. Rends-toi compte de cela.

Ne plus souffrir d’avoir souffert

Sors la tête de l’eau, prends un grand bol d’air, respire cet air qui te purifie, vois que tu vis dans l’abondance, la beauté, l’amour et la vie. Aie confiance en la vie.

Oui, tu n’as peut-être pas confiance en la vie. Tu as peut-être peur de sortir de tes souffrances :

  • Comment les autres vont me regarder si je fais ce que j’ai toujours voulu faire ?
  • Si je suis la véritable personne que je suis, comment va-t-on me regarder ?
  • Est-ce que je vais y arriver ?
  • Ne vais-je pas sombrer dans l’échec, l’humiliation, le rejet, et me retrouver perdu.e au fond d’un puits à tout jamais ?

Non, parce que tu as décidé de ne plus souffrir d’avoir souffert. Parce que tu as décidé d’être reconnaissant.e pour toutes les expériences que tu vis. Parce que tu as décidé que tu vivais dans l’abondance dès maintenant. Tu oses te lancer tout de suite. C’est assez. Tout ce que tu souhaites est déjà là. Tout ce que tu souhaites se manifeste à toi là maintenant, parce que tu l’as décidé. 

Simplement parce que tu as décidé de ne plus souffrir d’avoir souffert. 

Emily

Crédit photos : Unsplash