Étiquette : comment être heureux

Comment faire pour prendre la vie comme elle vient ?

Comment faire pour prendre la vie comme elle vient ?

Si tu es stressé, anxieux, hypersensible, prendre la vie comme elle vient représente pour toi un véritable défi à relever. Les blessures du passé continuent de te hanter, l’avenir t’inquiète, tes émotions te font peur, tu te demandes si tu vas réussir à être stable un jour. J’ai réussi pour ma part (et je ne suis pas la seule !) à trouver un équilibre. Je voudrais te partager aujourd’hui les clefs qui m’ont permise de moins souffrir de mes émotions fortes, du stress et de l’anxiété

Prendre la vie comme elle vient c’est avoir confiance en l’Univers

Comment faire pour prendre la vie comme elle vientSavoir prendre la vie comme elle vient, c’est avoir confiance en soi et aussi en l’Univers. Avant de ressentir cette confiance, je me dirigeais dans la vie avec beaucoup plus d’anxiété parce que sans m’en rendre compte, j’avais toujours peur qu’une tuile me tombe sur la tête. Je me sentais bien seule et perdue, et je me dirigeais à l’aveugle. J’ai appris à avancer main dans la main avec l’Univers qui est là pour me montrer la voie et me montrer comment faire les choses. Je ne m’inquiète plus de l’avenir parce que je sais que je serai toujours au bon endroit avec les personnes avec lesquelles j’ai besoin d’être.

Avant, au lieu d’avoir confiance en l’Univers, je lui en voulais pour les souffrances qu’il m’infligeait. Je pleurais en lui disant “Mais pourquoi moi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?” Maintenant que j’ai acquis la capacité de prendre la vie comme elle vient, je sais que ce qui m’arrive c’est toujours pour mon bien. Même si dans les apparences la situation parait critique ou catastrophique, j’ai appris à faire confiance à l’Univers, je sais qu’il ne me veut que du bien. Moi je ne connais pas le chemin qui sera le meilleur pour moi alors que lui il le connaît.

Faire confiance à l’Univers c’est ne plus être seule pour avancer, perdue dans la vie et effrayée par ce qui pourrait encore m’arriver.

A lire aussi : Arrêter de souffrir tout de suite

Se mettre dans tous ses états ne sert à rien

Comment faire pour prendre la vie comme elle vientJe dirais que depuis que je prends la vie comme elle vient, je ne crains plus non plus mes émotions fortes, ni les émotions désagréables. Si elles sont là, c’est pour une bonne raison : elles me montrent mes blessures qui ont besoin de toute mon attention. Je les accueille tranquillement et même parfois avec joie parce que maintenant je sais que les accueillir me permettra de me libérer un peu plus de mes entraves. 

Mes émotions ne sont plus des ennemis qu’il faut combattre, fuir ou étouffer. Elles sont devenues au contraire des amies qui me montrent que quelque chose ne va pas en moi, que mes besoins ne sont pas satisfaits et qu’il est temps de me poser pour faire le point de ce qui se passe à l’intérieur de moi. 

Aussi, une révélation qui a été très importante pour moi, c’est que lorsque je n’obtiens pas ce que je désire, j’ai beau me rouler par terre, pleurer toutes les larmes de mon corps, menacer l’Univers “Puisque c’est comme ça, j’abandonne !”, ça ne changera rien à ma situation. Ça risque même de l’empirer parce que l’Univers ne fait que répondre à ce que je vibre. Si je veux obtenir le plus rapidement ce que je veux, j’ai donc plutôt intérêt à cesser ce chantage qui se retournera contre moi. 

Difficultés VS apprentissages

C’est ainsi que j’ai compris que l’Univers me fait vivre les expériences que j’ai besoin de vivre. C’est ça qui aide à prendre la vie comme elle vient. Ce que je voyais avant comme des difficultés ou des obstacles infranchissables sont devenus des opportunités d’apprentissage. Avant, lorsque j’étais face à des difficultés, je me disais “Ah voilà, je ne mérite d’avoir ce que je convoite. C’est pas pour moi”. Et j’abandonnais. Je ne me dirigeais que vers ce qui était facile pour moi. 

A lire aussi : Comment transformer une difficulté en opportunité 

Comment faire pour prendre la vie comme elle vientC’est très bien d’aller vers ce qui est facile pour soi, mais aller vers ce qui est difficile c’est encore mieux parce que c’est ce qui fait qu’on grandit, qu’on prend confiance en soi, qu’on devient soi-même et qu’on peut être pleinement heureux. En effet, cet abandon de mes projets a fait que je me suis beaucoup repliée sur moi-même, parce qu’au fond je n’avais pas confiance en moi ni aux autres. J’avais peur de me sentir rejetée, abandonnée ou humiliée, alors j’évitais les confrontations avec les autres. 

Maintenant me confronter avec les autres me permet de dépasser ce qui m’entravait pour pouvoir accéder à mon bonheur.  

Ce changement d’état d’esprit où je suis passée de “Si je suis face à des difficultés c’est parce que je mérite pas de vivre ce que j’ai envie de vivre, c’est pas pour moi” à “Si je suis face à une difficulté, c’est parce que j’ai des choses à apprendre avant de pouvoir accéder à ce que je veux” a changé toute ma vie : je prends la vie comme elle vient, je n’ai plus peur des obstacles ou des difficultés parce que je sais que j’ai les capacités en moi pour les surmonter. 

Je suis passée d’un état d’esprit de peur et d’abandon à un état d’esprit de confiance, d’ancrage, d’engagement et de réussite.

A retenir

Prendre la vie comme elle vient c’est possible lorsqu’on est angoissé, stressé, anxieux ou hypersensible : pour y parvenir, il te “suffit” de modifier ta façon de voir les choses :

  • L’univers est là pour te montrer la voie. Lui faire confiance permet de te décharger du lourd fardeau des inquiétudes et des soucis que tu portes quand tu penses avancer dans la vie seul.e à l’aveugle.
  • Te mettre dans tous tes états pour essayer de faire plier l’Univers quand tu n’obtiens pas ce que tu veux ne fera qu’empirer ta situation parce qu’il répond à tes vibrations. 
  • Vois donc ces difficultés non pas comme des obstacles pour t’empêcher d’obtenir ce que tu veux, mais comme des opportunités d’apprentissage qui vont te permettre de grandir pour accéder à ce que tu désires.

Si cet article t’a plu et que tu souhaites prendre le chemin de la confiance en soi, je peux t’accompagner. Je t’invite à cliquer ici pour découvrir mon accompagnement.

Emily

Crédit photos : Unsplash

Comment sortir d’un cercle vicieux grâce à cette question redoutable

Comment sortir d’un cercle vicieux grâce à cette question redoutable

Est-ce que tu as déjà remarqué que lorsque tu fais des erreurs, ce sont tout le temps les mêmes ? Que malgré tous tes efforts, rien ne changeait dans tes relations ? Il peut t’arriver par exemple de te laisser emporter par tes émotions parce que tu en as marre d’entendre ta mère te répéter comment mener ta vie. Tu te promets que tu ne le referas plus parce qu’à chaque fois ça te fait trop souffrir, et à la moindre contrariété, tu te remets en colère. C’est un vrai cercle vicieux et on peut avoir l’impression qu’on ne s’en sortira jamais.

C’était ma façon de fonctionner avant. Jusqu’à ce que j’entre dans l’opposé du cercle vicieux : le cercle vertueux.

Dans le cercle vertueux on se sent bien parce qu’on a enfin le sentiment de réussir. On a confiance en soi, l’Amour de soi se développe, on se protège, on devient inventif, créatif dans ses relations.

C’est le chemin que je souhaite te montrer aujourd’hui : comment sortir d’un cercle vicieux grâce à cette question redoutable que je me pose désormais. Comment sortir d’un cercle vicieux pour entrer dans un cercle vertueux.

Tu verras dans cette vidéo :

  • Comment se crée le cercle vicieux
  • Que tu peux à tout moment sortir d’un cercle vicieux pour entrer dans un cercle vertueux
  • La question redoutable que tu peux te poser pour sortir de ce cercle vicieux et entrer dans un cercle vertueux

Si la vidéo t’a été utile et que tu souhaites prendre le chemin de la confiance en soi pour t’épanouir dans tes relations, je peux t’accompagner personnellement. Je t’invite à découvrir mon accompagnement en cliquant ici.

Emily 

Crédit photo : unsplash 

comment sortir d'un cercle vicieux grâce à cette question redoutable

Plus tu te donneras le droit d’être heureux, plus tu t’autoriseras à avoir des relations épanouissantes

Plus tu te donneras le droit d’être heureux, plus tu t’autoriseras à avoir des relations épanouissantes

Les personnes qui vivent des relations épanouissantes ont conscience qu’elles le méritent. Elles méritent d’être heureuses et épanouies. Si dans ton cas tu vis des relations toxiques, alors tu as besoin de prendre conscience que toi aussi tu mérites d’être heureux.se : c’est comme ça que tu te donneras l’autorisation d’avoir des relations épanouissantes. Qu’est-ce qui t’empêche de te donner cette autorisation ? Voyons cela ensemble dans ce nouvel article.   

Une petite histoire de canards

L’autre matin, je me promenais dans un parc de la ville, il y avait du brouillard, peu de promeneurs, et je regardais les canards occupés à apparemment bavarder entre eux. Je me disais que chez eux les relations, ça avait l’air simple. Ils sont comme ils doivent être et ne se prennent pas la tête de savoir s’ils doivent être comme ceci ou comme cela pour avoir le droit de faire partie d’une famille ou d’une communauté.

Chez nous les humains, les relations ça peut être beaucoup plus compliqué. Tu le sais, c’est pour ça que tu es en train de lire cet article. Mais en observant ces canards, je repensais au chemin que mes relations personnelles avaient suivi depuis que je suis passionnée de développement personnel. A quel point tout avait changé.

Être à la hauteur

Plus tu te donneras le droit d'être heureux, plus tu t'autoriseras à avoir des relations épanouissantesLes connaissances que j’ai aujourd’hui sont des personnes que j’aurais rêvées de rencontrer quelques années avant. Mais je n’aurais pas pu entretenir de relations aussi épanouissantes à l’époque parce que je ne me sentais pas à la hauteur. Il m’arrivait d’admirer dans la rue des personnes qui me semblaient être confiantes, ouvertes, positives, mais jamais je n’aurais osé les approcher.

Je me sentais tellement rabaissée, humiliée et nulle, que je ne pouvais pas me sentir à la hauteur avec des personnes confiantes et épanouies. C’était impossible. Puis si l’une d’entre elles se serait intéressée à moi, j’aurais été un véritable aspirateur à énergie pour elle, m’accrochant à elle comme à une bouée de sauvetage dans l’espoir qu’elle me sauve justement de ma condition relationnelle déplorable. Ce genre de relations où on attend d’être sauvé.e ne peut pas fonctionner avec une personne confiante. Parce qu’une personne confiante sait se protéger et poser des limites pour ne pas se faire envahir par les autres.

Nourrir l’Amour de soi

Plus tu te donneras le droit d'être heureux, plus tu t'autoriseras à avoir des relations épanouissantesJe t’en ai parlé dans cet article : quand tu nourris l’Amour de soi, tu poses de plus en plus de limites parce que tu n’acceptes plus de laisser entrer n’importe qui dans ta vie. Et automatiquement, une bascule se fait parce que tu te sens capable et tu sens que tu mérites de rencontrer les personnes que tu rêves d’avoir à tes côtés depuis longtemps.

Ça tombe sous le sens, quand tu prends conscience de ta valeur et de tes richesses intérieures, l’Amour de soi ne peut qu’éclore et se développer.  

J’adore le message que m’écrivait cette semaine l’une de mes fidèles lectrices avec qui je converse régulièrement : « tout à l’heure mon ex- compagnon pervers narcissique voulait que j’aille le rejoindre sur un parking d’autoroute !!! Alors que j’ai rencontré ” quelqu’un de bien ” alors j’ai refusé d’y aller à cette aire d’autoroute !! Oui , j’ai osé dire ” NON” ….il ne s’y attendait pas du tout ….Je suis ‘contente de moi ‘ … Je prends de l’assurance ! »

Cette femme merveilleuse pose des limites et refuse à présent les relations qui lui sont toxiques. Parce qu’elle a pris conscience qu’elle méritait mieux. Aussi, elle se sent maintenant être à la hauteur pour rencontrer quelqu’un de « bien ».

Se défaire de la culpabilité

Si tu n’arrives pas à te donner l’autorisation d’avoir des relations épanouissantes, alors il est probable que tu te sentes coupable. Coupable d’être heureux.se alors que tant de personnes sont malheureuses dans le monde. La plupart du temps, quand on vit des relations toxiques, c’est parce qu’on veut sauver les autres. C’est comme si une voix à l’intérieur de toi te disait « Je vais sauver les autres pour qu’ils soient heureux comme ça moi aussi je pourrai être heureux.se ».

Plus tu te donneras le droit d'être heureux, plus tu t'autoriseras à avoir des relations épanouissantesPourquoi est-ce que tu te contrains d’attendre que les autres soient heureux.ses pour que tu le sois toi-même ? Est-ce que tu penses que les gens heureux, confiants, ouverts et épanouis attendent après toi pour s’autoriser à avoir des relations épanouissantes ?

C’est justement le message que je veux te transmettre aujourd’hui : qui que tu sois, quelles que soient les erreurs que tu as pu faire jusqu’à maintenant, les souffrances que tu as pu endurer, plus tu prendras conscience que tu mérites d’être heureux.se, plus tu t’autoriseras à avoir des relations épanouissantes. Et au plus tu fuiras celles qui sont toxiques pour toi. C’est automatique.

A lire : 5 habitudes à prendre pour ne plus se faire bouffer par les autres

Et Comment se débarrasser de la culpabilité

Ce qu’il faut retenir

Les relations personnelles ça peut être compliqué. Mais tout change lorsque tu prends conscience de ton droit d’être heureux.se : se défaire de la culpabilité, nourrir l’Amour de soi fait que tu poses automatiquement des limites. Tu n’admets plus aucune relation toxique dans ta vie.  

Tu prends alors confiance en toi, tu te sens être à la hauteur pour recevoir dans ta vie des relations épanouissantes pour toi… et tu deviens une personne inspirante et épanouissante pour les autres 🙂

Si cet article t’a parlé et que tu souhaites prendre le chemin de la confiance en soi pour t’épanouir dans tes relations, je peux t’accompagner personnellement. Je t’invite à découvrir mon accompagnement personnalisé en cliquant ici. 

Crédit photos : unsplash

Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux ?

Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux ?

Pardonner ses parents toxiques est une question centrale que toute personne concernée se pose à un moment donné dans son cheminement. Parce que nombre de livres, de magazines, de thérapeutes, de sites Internet te convainc que c’est une étape nécessaire si tu veux être heureux.se. Est-ce qu’ils ont raison ? Faut-il vraiment pardonner ses parents toxiques pour être heureux ? Est-ce même possible de les pardonner ? C’est ce que nous allons voir tout de suite dans ce nouvel article 🙂

D’abord, c’est quoi le pardon ?

Le Littré nous dit que pardonner, c’est « excuser, tolérer » dans le contexte qui nous concerne. Pour pardonner quelqu’un, il faut donc avoir été blessé.e, trahi.e, offensé.e, etc…

Les manques provoqués par l’attitude toxique des parents

Si tu as eu des parents toxiques, c’est bien ce qui se passe : tu as été blessé.e par l’attitude non aimante de tes parents, ce qui a détruit ta vie psychique et rend ta vie d’adulte bien compliquée sur tous les plans.

Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux ? En effet, les parents toxiques ont une attitude non aimante car ils ne sont pas capables de donner de l’amour à leurs enfants. Ou alors au compte-gouttes. Tu peux relire cet article à ce sujet. Or, l’amour c’est le ciment qui consolide les pierres de ta maison intérieure. Sans ce ciment, toutes tes fondations sont fragiles. Il suffit d’un rien pour que tout s’écroule. Et ce rien arrive vite étant donné que tu ne sais pas te diriger dans la vie quand tu as eu des parents toxiques. C’est un vrai cercle vicieux… Tu ne sais pas toi-même ce que c’est que de t’aimer puisque tu n’as pas reçu d’amour. Tu as besoin d’amour pour apprendre la vie. S’aimer, c’est avoir une maison intérieure solide qui te sert de refuge parce que tu sais que tu peux lui faire confiance à cette maison intérieure.   

Quelles sont les conséquences de l’attitude toxique des parents ?

Arrivé à l’âge adulte, tu manques de confiance en soi, tu n’as aucune conscience de ta propre valeur, tu as l’impression de ne pas mériter, les relations avec le sexe opposé sont compliquées, tu doutes de tes amitiés, tu as peur quand tu veux faire de nouvelles rencontres, tu ne te sens pas être à la hauteur, tu ne sais pas de quoi tu as besoin, tu es coupé de tes ressentis, etc… La liste des dégâts laissés par une attitude toxique des parents est interminable.

Tu en veux à ses parents parce que tu te dit que c’est à cause d’eux si tu en es là aujourd’hui. « C’est vrai, pourquoi m’ont-ils mis au monde si c’est pour agir comme ils l’ont fait quand j’étais petit.e ? A quoi ça sert de faire des enfants si c’est pour les rendre malheureux ? »

Tu cherches à être heureux.se, en vain. Tu as beau essayer de nouvelles rencontres, ça ne marche pas. Comme par hasard, tu tombes toujours sur le même type d’homme ou de femme qui semble faire exprès de ne pas vouloir t’aimer et s’éloigne dès que tu commences à parler d’une relation sérieuse. Tu essaies de faire comprendre à tes parents en quoi leur attitude t’a détruit, mais c’est comme si tu lançais une balle de tennis contre un mur et que tu te la prenais en pleine face quand elle revient. Tu est seul.e avec tes meurtrissures et personne ne semble ni te comprendre ni vouloir t’aimer. Et en plus, on te dit que pour être heureux.se, il faut pardonner à tes parents ?

Comment le pardon résonne en soi

Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux ? Pardonner, on connait tou.te.s ce mot. Qui n’a jamais demandé pardon à un moment donné de sa vie pour une faute qu’il/elle a commise ? Qui n’a jamais excusé quelqu’un parce qu’il avait été bousculé dans la rue par inadvertance ?

Quand on entend qu’il faut pardonner ses parents toxiques si on veut être heureux, on entend qu’il faut les excuser, passer l’éponge comme on le fait avec quelqu’un qui nous a bousculé dans la rue. Puis on nous dit des phrases culpabilisantes du genre « Oh maintenant tu es adulte, on ne va pas revenir sur le passé ! » ou alors « Il faut les comprendre aussi, tu ne sais pas ce qu’ils ont vécu eux-mêmes ! » ou encore « bon maintenant ça serait bien que tu passes à autre chose ! ».

Tu t’imagines, tout comme les personnes qui assènent ces phrases culpabilisantes se l’imaginent aussi, qu’une fois adulte, les blessures se referment d’elles-mêmes parce que tu as maintenant les capacités intellectuelles de comprendre tes parents et que tu es prêt.e à passer à autre chose et à vivre ta vie pleinement. Tu t’imagines qu’il te suffit de penser que tu vas pardonner tes parents, que tu vas pouvoir les excuser pour l’amour qu’ils n’ont pas su te donner et les conséquences dramatiques que ce manque engendre dans ta vie, et que tu seras heureux.se.

Simplement parce que tu crois que pardonner tes parents toxiques, c’est excuser comme tu le fais quand quelqu’un te bouscule sans le faire exprès dans la rue.

Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux.se ?

Sauf que là, on parle de pardonner aux êtres qui t’ont mis au monde et qui étaient censés t’aimer pour que tu puisses vivre normalement une fois arrivé à l’âge adulte. On parle de pardonner à ceux qui ont provoqué chez toi des blessures profondes qui t’empêchent de vivre et d’être heureux.se.

La plus grande erreur qu’on puisse faire quand on a eu des parents toxiques, c’est de justement chercher à les pardonner.

Vidéo à revoir : si vous avez eu des parents toxiques, ne faites pas cette erreur

C’est bien facile de dire à quelqu’un qui a eu des parents non aimants que maintenant qu’il est adulte, on ne va pas revenir sur le passé, qu’il faut les comprendre, passer à autre chose. C’est minimiser les souffrances que tu as vécues et qui sont encore bien vivantes en toi. Elles sont plus vivantes que jamais parce qu’une souffrance, ce n’est pas comme la trace d’un animal dans la terre qui s’efface avec le temps. Une souffrance ça ressemble plutôt à une cocotte-minute : au bout d’un moment il faut faire échapper la pression sinon ça explose (la souffrance peut aussi imploser).

Que faire ?

Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux? C’est justement là-dessus que tu as le pouvoir d’agir : sur ce qui est vivant en toi. Ne cherche pas à pardonner tes parents, cherche plutôt à te libérer de ce qui est vivant en toi et qui a besoin d’être accueilli et entendu : ta colère, ta rage, ta tristesse, tes regrets, tes frustrations, tes peurs.

Toutes ces émotions qu’il t’a été interdit d’avoir et d’exprimer, elles sont bien là, bouillonnantes à l’intérieur de toi. Tu n’as pas besoin de pardonner tes parents, ce n’est pas le moment. Ce dont tu as le plus besoin avant tout, et que tes parents t’ont arraché quand tu étais enfant, c’est de prendre soin de toi, de tes blessures, de tes besoins, et aussi de tes désirs.

C’est en osant ressentir ce qui vit en toi et en prendre soin qu’ensuite tu pourras cheminer vers le pardon, non pas un pardon intellectuel, mais un vrai pardon que tu ressentiras dans ton corps.

A retenir

Quand on entend qu’il faut pardonner ses parents toxiques pour être heureux.se, cela porte à confusion. On croit que pardonner c’est excuser, passer l’éponge.

Oui il est indispensable de pardonner ses parents toxiques pour être heureux.se. Mais avant toute chose, ce qui est le plus important c’est de prendre soin de ses blessures intérieures, de ses émotions, ses ressentis, qu’on a été obligé de réprimer et qui sont pourtant bien là, bien vivants à l’intérieur de soi.

Ne cherche pas à pardonner tes parents toxiques, cherche plutôt à te libérer de tes émotions et à soigner tes blessures qui te rendent malheureux.se.

Si cet article t’a été utile et que tu souhaites prendre la voie de la confiance en soi pour t’épanouir dans tes relations, je peux t’accompagner personnellement. Je t’invite à découvrir mon accompagnement en cliquant ici.

Emily

Comment utiliser la colère pour réussir à lâcher-prise

Comment utiliser la colère pour réussir à lâcher-prise

La colère est une énergie qui est mal vue. Surtout si comme moi tu es une femme, il y a des chances que dans ton enfance, tes parents, ta famille, l’école, te faisaient ressentir qu’il ne fallait pas se mettre en colère, parce qu’une petite fille doit être sage et gentille. Aujourd’hui, je voudrais te démontrer que la colère peut être une passerelle vers quelque chose qui est difficile à réaliser : comment utiliser la colère pour réussir à lâcher-prise.  

La colère met en mouvement

Comment utiliser la colère pour réussir à lâcher-priseLa colère est une énergie fabuleuse. Elle est motrice, elle fait se mettre en mouvement pour protester et dire « non, ça je n’en veux pas ! ». Il n’y a qu’à observer les moindres manifestations dans la rue : ce qui mobilise les gens, c’est la colère, le ras-le-bol.

Alors qu’une émotion comme la tristesse t’empêche d’avancer, un sentiment comme la culpabilité te coupe les jambes, la peur te paralyse, la colère a cette vertu de te pousser à agir.

Maintenant, le problème avec cette énergie, c’est quand on se laisse envahir par elle, elle se meut en rage. On se laisse manipuler par une voix intérieure qui nous pousse « Ne lâche rien ! C’est toi qui a raison ! Tu vas aller jusqu’à ce qu’ils capitulent ! »

Là, sans même s’en rendre compte, on s’afflige à soi-même des souffrances qui nous dévorent tout entier.

Quand cesse la lutte

Quand on arrive à lâcher cette colère, c’est là que la porte du lâcher-prise s’ouvre. Je suis certaine que ce genre d’histoire te parle :

Imagine : tu dois aller aux impôts, ça fait déjà des semaines que tu reportes. Tu y vas aujourd’hui, après une journée qui t’a déjà bien agacé.e. Tu es mal garé.e dans la rue, tu te dépêches, tu veux en finir au plus vite. Tu arrives devant le bâtiment, tu veux ouvrir la porte vitrée, tu tires de toutes tes forces. La porte ne s’ouvre pas. Tu regardes, il y a pourtant des gens à l’intérieur. Tu tires comme un.e malade en pensant que tu as autre chose à faire et tu penses à ta voiture qui est mal garé.e, ça t’énerve, tu tires tu tires tu tires, rien à faire : la porte ne s’ouvre pas. Tu frappes à la vitre, personne ne semble t’entendre. Tu regardes autour, tu ne vois pas d’autre porte. Tu entends les klaxons dans la rue, ça te fait flipper, tu te dis que c’est toi qui gênes. Tu tires encore une fois, « mais c’est pas possible ! » Puis tu finis par abandonner « J’y arriverai jamais ! ». C’est au moment où tu laisses tomber que tu vois sur la porte le panneau sur lequel est écrit « POUSSEZ ».

Comment utiliser la colère pour réussir à lâcher-priseJe suis certaine que tu as déjà vécu ce genre d’histoires. C’est ce qui m’est arrivé avec mes relations : en colère, j’ai fini au bout de 30 ans par abandonner l’idée que mes relations s’améliorent un jour. C’est ce jour-là, parce que j’ai abandonné, que j’ai lâché-prise, que le développement personnel est venu percuter ma vie et que les choses ont pu commencer à changer. J’en parle ici et ici. 

Neale Donald Walsh, l’auteur de « Conversations avec Dieu », nous le dit très bien :

« Tout ce contre quoi on lutte persiste »

Comment utiliser la colère pour réussir à lâcher-prise

Ce que je veux te dire dans cet article, c’est que si tu as l’impression que tout est contre toi en ce moment, que rien ne va, alors laisse-toi aller. Laisse tomber ces valises trop lourdes que tu portes à bout de bras, balance-les, laisse tout en plan. Parce que ce dont tu as besoin maintenant, c’est de te foutre la paix !

Parce que oui, là maintenant, tu n’as qu’une envie, c’est de te laisser couler dans la Vie, de te laisser porter par elle. T’en as plus rien à faire de rien, tu n’as pas envie d’avoir du courage, tu n’as envie de rien du tout. Tu lâches tout. Tu veux qu’on te foute la paix, point barre. Tu cesses de lutter.

Les solutions viendront à toi

Comment utiliser la colère pour réussir à lâcher-priseC’est là que la magie du lâcher-prise fait son œuvre… Cette paix intérieure que tu cherchais à trouver, hé bien quand on lâche tout, qu’on laisse tomber les valises, c’est là que la paix arrive enfin.

Cessent les bavardages incessants avec soi-même, les exigences, les reproches, les « il faut que », les « j’ai encore ça ça et ça à faire ». Quand on lâche tout, qu’on se dit « foutez-moi la paix, j’en ai plus rien à faire ! » ne reste que la paix intérieure. C’est-à-dire le silence, le soulagement, on se fond littéralement dans l’instant présent où plus rien n’existe sauf soi maintenant.

C’est là que les solutions que tu peinais tant à trouver vont venir à toi.

« Parfois nous sommes impuissants, car certaines choses ne dépendent pas de nous. Cela nous pousse à apprendre le lâcher-prise, à ne pas vouloir tout contrôler, à grandir dans la confiance, dans le détachement, dans l’humilité, dans la sérénité, dans l’amour ».

Frédéric Lenoir

Ce qu’il faut retenir

La plupart des gens ne savent pas que la colère est une énergie fabuleuse qui pousse à l’action.

Lorsque la coupe est pleine, en fait tu n’as jamais été aussi près du lâcher-prise. C’est le bon moment pour te laisser aller, pour tout envoyer balader et te foutre enfin la paix.

Ne vas pas du côté de la rage. Lâche ta colère, lâche tout et réponds à tes besoins de l’instant présent qui te disent que tu as besoin de souffler.

Alors s’ouvrira la porte du lâcher-prise, et ces solutions que tu ne trouvais pas viendront à toi comme par magie.   

Si cet article t’a été utile et que tu souhaites prendre la voie de la confiance en soi pour t’épanouir dans tes relations, je peux t’accompagner personnellement. Je t’invite à découvrir mon accompagnement en cliquant ici.

Emily

Crédit photos : Unsplash