Pourquoi il nous arrive de repousser ce qu’on souhaite alors qu’on fait tout pour avoir des pensées positives ?

Pourquoi il nous arrive de repousser ce qu’on souhaite alors qu’on fait tout pour avoir des pensées positives ?

Je voudrais aujourd’hui te raconter l’histoire de Liz. C’est une américaine qui a écrit un article qui a cartonné, dans lequel elle décrit sa plongée dans l’enfer de la dépression alors qu’elle avait décidé de suivre une tendance très attirante : avoir des pensées positives et dresser des listes de gratitude pour attirer à soi ce quon souhaite. Pourquoi Liz a-t-elle plongé dans la dépression ? Pourquoi il nous arrive de repousser ce quon souhaite alors qu’on fait tout pour avoir des pensées positives ?  

L’histoire de Liz

Je t’avais dit la semaine dernière dans mon article La formule magique qui permet de réaliser ses rêves, que je te parlerai de cette femme. Liz vit dans un appartement dans le quartier le plus branché de Los Angeles, avec son mari, son bébé, ses chats et son chien (tu peux retrouver l’article de Liz en cliquant ici, et le copier-coller dans Google traduction). Pour suivre la tendance de son pays, elle s’est mise à dresser des listes de gratitude. Logiquement, si elle pensait positif, elle aurait dû attirer des choses positives à elle. Mais plus les jours et les mois passaient, plus elle se sentait mal. Les symptômes d’une dépression qu’elle avait vécue 15 ans plus tôt revenaient : honte, dégoût, tristesse, colère… 

Son entourage, croyant bien faire, lui a conseillé de continuer de faire ses listes de gratitude pour s’en sortir. Comme n’importe qui l’aurait fait, elle a donc écouté les recommandations : si tout le monde lui dit qu’il faut être positive pour s’en sortir, c’est que ça doit être vrai.

Puis elle a perdu son travail. Puis deux de ses chats sont morts. Puis la dette d’un prêt qu’elle avait contracté pendant ses études arrivait à échéance, elle devait la rembourser. Puis son dernier chat a perdu l’usage de la partie inférieure de son corps, il s’est alors traîné dans l’appartement pendant 8 mois sur ses pattes avant faisant pipi partout jusqu’à ce qu’il meure. Puis c’est son beau-père qui est mort. Et son chien a attrapé un cancer.  

Pourquoi il nous arrive de repousser ce qu’on souhaite alors qu’on fait tout pour avoir des pensées positives ?

Plus Liz essayait d’être positive, plus sa situation s’aggravait. En plus des émotions comme la honte, la tristesse ou la colère dont elle n’arrivait pas à se débarrasser, elle a commencé à ressentir une sensation d’étouffement dans la gorge et de pression dans la poitrine.  

Elle a dépensé des fortunes pour se faire aider par des psychiatres, mais ça n’a pas fonctionné. 

Son mal-être a duré 3 ans. Jusqu’au jour où elle a rencontré un médecin qui lui a demandé de lui enregistrer sur un CD tout ce qu’elle pensait au quotidien. C’est ce qu’elle a fait, en insistant bien sur la gratitude qu’elle ressentait. Il fallait qu’elle ressente de la gratitude.

Rapidement le médecin lui a dit d’arrêter immédiatement avec ses listes de gratitude, d’arrêter avec ses pensées positives. Comment pouvait-elle être positive et se sentir emplie de gratitude alors qu’en réalité ça n’allait pas ? Comment sa vie pouvait-elle être positive si Liz niait les souffrances qu’elle ressentait ? Si elle s’interdisait de reconnaître que la perte de ses chats, de son beau-père, de son travail, que le cancer de son chien l’anéantissaient au fond d’elle-même ? 

Les paroles du médecin lui ont fait ressentir un soulagement immense ! Quelqu’un reconnaissait (enfin !) ce qu’elle-même n’avait pas réussi à reconnaître : elle allait mal.    

Se forcer d’avoir des pensées positives parce qu’on a peur

Faut-il se forcer d’avoir des pensées positives pour que la loi d’attraction fonctionne ? Si je te parle de l’article de Liz, c’est parce qu’il reflète parfaitement l’une des peurs majeures que ressentent les personnes qui débutent l’apprentissage de la loi d’attraction : comme elles apprennent qu’on attire à soi ce qu’on pense, elles ont du coup très peur de leurs pensées « négatives » . Elles se mettent la pression et se forcent pour avoir des pensées positives. Elles nient leurs pensées négatives, les répriment, s’interdisent d’en avoir croyant qu’elles vont attirer la poisse

A travers ce que nous raconte Liz, on comprend pourquoi elle repousse ce qu’elle souhaite alors qu’elle fait tout pour avoir des pensées positives. La vie ne l’a pas punie en lui envoyant des situations pourries. C’est simplement que ces situations cadraient parfaitement avec son état intérieur et et sa façon de penser qui étaient malades. Elle croyait bien faire en se forçant d’être positive et en niant ses souffrances. Or, ce n’est pas ainsi que fonctionne la loi d’attraction.

« Tout ce contre quoi on lutte persiste »  

Neale Donald Walsh

A retenir

L’histoire de Liz nous démontre parfaitement bien que nier ou s’interdire de reconnaître ce qui se passe de négatif en soi fait qu’on repousse inconsciemment ce qu’on souhaite. La vie est très généreuse, elle a justement montré à travers les situations que vivait Liz que ça n’allait pas à l’intérieur d’elle. Le cercle infernal de ses souffrances s’est arrêté le jour où elle a reconnu qu’elle allait mal. 

Mais que faire ensuite de ces pensées et émotions « négatives » ? Est-ce qu’on vit avec ? Qu’est-ce qu’on en fait pour que la loi dattraction puisse fonctionner ? Est-ce qu’elles disparaîtront un jour ? C’est ce que vous verrons la prochaine fois…. 🙂 

Si tu ne veux pas manquer le prochain article, je te recommande de t’abonner à mon blog en téléchargant le guide « J’arrête de souffrir à cause des autres » à l’aide de l’un des formulaires. Tu seras prévenu.e directement par mail de l’édition des nouveaux articles 🙂    

Emily

Crédit photos : Unsplash

3 Replies to “Pourquoi il nous arrive de repousser ce qu’on souhaite alors qu’on fait tout pour avoir des pensées positives ?”

  1. Coucou Emily,
    Cet article me parle vachement et me fait beaucoup de bien. Je vis actuellement une situation pas facile, et ça n’a pas été facile pour moi d’admettre que ça n’allait pas bien “pour le moment” (j’adore ajouter ces 3 mots à la fin des phrases où je décris une situation que j’aime pas vivre 😉 ). Et je me rends compte qu’il y a cette part de moi qui a peur de sombrer dans la dépression ou de s’attirer la poisse si elle ne “vibre” pas correctement. Et en fait, en ne m’autorisant pas à vivre mes émotions négatives, je les retiens plutôt que de me laisser traverser par elle… Enfin, j’ai beau m’en être rendu compte et le savoir intellectuellement, j’ai encore du mal à accueillir mes émotions, les laisser être, sans les retenir ou les entretenir, même quand elles sont “négatives”.
    Enfin, le plus important c’est que je m’en soit rendu compte, que j’ai envie que ça change, que j’y arrive déjà un peu. Il me reste plus qu’à poursuivre mon entrainement pour que cela devienne de plus en plus facile à faire 🙂
    En tout cas, j’ai hâte de lire la suite dimanche prochain ! 😉

    1. Merci Nathalie pour ton message 🙂 Oui c’est avec l’entrainement que les choses deviennent naturelles, tu as raison de penser à ça, ça va t’aider à persévérer 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *