Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux ?

Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux ?

Pardonner ses parents toxiques est une question centrale que toute personne concernée se pose à un moment donné dans son cheminement. Parce que nombre de livres, de magazines, de thérapeutes, de sites Internet te convainc que c’est une étape nécessaire si tu veux être heureux.se. Est-ce qu’ils ont raison ? Faut-il vraiment pardonner ses parents toxiques pour être heureux ? Est-ce même possible de les pardonner ? C’est ce que nous allons voir tout de suite dans ce nouvel article 🙂

D’abord, c’est quoi le pardon ?

Le Littré nous dit que pardonner, c’est « excuser, tolérer » dans le contexte qui nous concerne. Pour pardonner quelqu’un, il faut donc avoir été blessé.e, trahi.e, offensé.e, etc…

Les manques provoqués par l’attitude toxique des parents

Si tu as eu des parents toxiques, c’est bien ce qui se passe : tu as été blessé.e par l’attitude non aimante de tes parents, ce qui a détruit ta vie psychique et rend ta vie d’adulte bien compliquée sur tous les plans.

Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux ? En effet, les parents toxiques ont une attitude non aimante car ils ne sont pas capables de donner de l’amour à leurs enfants. Ou alors au compte-gouttes. Tu peux relire cet article à ce sujet. Or, l’amour c’est le ciment qui consolide les pierres de ta maison intérieure. Sans ce ciment, toutes tes fondations sont fragiles. Il suffit d’un rien pour que tout s’écroule. Et ce rien arrive vite étant donné que tu ne sais pas te diriger dans la vie quand tu as eu des parents toxiques. C’est un vrai cercle vicieux… Tu ne sais pas toi-même ce que c’est que de t’aimer puisque tu n’as pas reçu d’amour. Tu as besoin d’amour pour apprendre la vie. S’aimer, c’est avoir une maison intérieure solide qui te sert de refuge parce que tu sais que tu peux lui faire confiance à cette maison intérieure.   

Quelles sont les conséquences de l’attitude toxique des parents ?

Arrivé à l’âge adulte, tu manques de confiance en soi, tu n’as aucune conscience de ta propre valeur, tu as l’impression de ne pas mériter, les relations avec le sexe opposé sont compliquées, tu doutes de tes amitiés, tu as peur quand tu veux faire de nouvelles rencontres, tu ne te sens pas être à la hauteur, tu ne sais pas de quoi tu as besoin, tu es coupé de tes ressentis, etc… La liste des dégâts laissés par une attitude toxique des parents est interminable.

Tu en veux à ses parents parce que tu te dit que c’est à cause d’eux si tu en es là aujourd’hui. « C’est vrai, pourquoi m’ont-ils mis au monde si c’est pour agir comme ils l’ont fait quand j’étais petit.e ? A quoi ça sert de faire des enfants si c’est pour les rendre malheureux ? »

Tu cherches à être heureux.se, en vain. Tu as beau essayer de nouvelles rencontres, ça ne marche pas. Comme par hasard, tu tombes toujours sur le même type d’homme ou de femme qui semble faire exprès de ne pas vouloir t’aimer et s’éloigne dès que tu commences à parler d’une relation sérieuse. Tu essaies de faire comprendre à tes parents en quoi leur attitude t’a détruit, mais c’est comme si tu lançais une balle de tennis contre un mur et que tu te la prenais en pleine face quand elle revient. Tu est seul.e avec tes meurtrissures et personne ne semble ni te comprendre ni vouloir t’aimer. Et en plus, on te dit que pour être heureux.se, il faut pardonner à tes parents ?

Comment le pardon résonne en soi

Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux ? Pardonner, on connait tou.te.s ce mot. Qui n’a jamais demandé pardon à un moment donné de sa vie pour une faute qu’il/elle a commise ? Qui n’a jamais excusé quelqu’un parce qu’il avait été bousculé dans la rue par inadvertance ?

Quand on entend qu’il faut pardonner ses parents toxiques si on veut être heureux, on entend qu’il faut les excuser, passer l’éponge comme on le fait avec quelqu’un qui nous a bousculé dans la rue. Puis on nous dit des phrases culpabilisantes du genre « Oh maintenant tu es adulte, on ne va pas revenir sur le passé ! » ou alors « Il faut les comprendre aussi, tu ne sais pas ce qu’ils ont vécu eux-mêmes ! » ou encore « bon maintenant ça serait bien que tu passes à autre chose ! ».

Tu t’imagines, tout comme les personnes qui assènent ces phrases culpabilisantes se l’imaginent aussi, qu’une fois adulte, les blessures se referment d’elles-mêmes parce que tu as maintenant les capacités intellectuelles de comprendre tes parents et que tu es prêt.e à passer à autre chose et à vivre ta vie pleinement. Tu t’imagines qu’il te suffit de penser que tu vas pardonner tes parents, que tu vas pouvoir les excuser pour l’amour qu’ils n’ont pas su te donner et les conséquences dramatiques que ce manque engendre dans ta vie, et que tu seras heureux.se.

Simplement parce que tu crois que pardonner tes parents toxiques, c’est excuser comme tu le fais quand quelqu’un te bouscule sans le faire exprès dans la rue.

Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux.se ?

Sauf que là, on parle de pardonner aux êtres qui t’ont mis au monde et qui étaient censés t’aimer pour que tu puisses vivre normalement une fois arrivé à l’âge adulte. On parle de pardonner à ceux qui ont provoqué chez toi des blessures profondes qui t’empêchent de vivre et d’être heureux.se.

La plus grande erreur qu’on puisse faire quand on a eu des parents toxiques, c’est de justement chercher à les pardonner.

Vidéo à revoir : si vous avez eu des parents toxiques, ne faites pas cette erreur

C’est bien facile de dire à quelqu’un qui a eu des parents non aimants que maintenant qu’il est adulte, on ne va pas revenir sur le passé, qu’il faut les comprendre, passer à autre chose. C’est minimiser les souffrances que tu as vécues et qui sont encore bien vivantes en toi. Elles sont plus vivantes que jamais parce qu’une souffrance, ce n’est pas comme la trace d’un animal dans la terre qui s’efface avec le temps. Une souffrance ça ressemble plutôt à une cocotte-minute : au bout d’un moment il faut faire échapper la pression sinon ça explose (la souffrance peut aussi imploser).

Que faire ?

Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux? C’est justement là-dessus que tu as le pouvoir d’agir : sur ce qui est vivant en toi. Ne cherche pas à pardonner tes parents, cherche plutôt à te libérer de ce qui est vivant en toi et qui a besoin d’être accueilli et entendu : ta colère, ta rage, ta tristesse, tes regrets, tes frustrations, tes peurs.

Toutes ces émotions qu’il t’a été interdit d’avoir et d’exprimer, elles sont bien là, bouillonnantes à l’intérieur de toi. Tu n’as pas besoin de pardonner tes parents, ce n’est pas le moment. Ce dont tu as le plus besoin avant tout, et que tes parents t’ont arraché quand tu étais enfant, c’est de prendre soin de toi, de tes blessures, de tes besoins, et aussi de tes désirs.

C’est en osant ressentir ce qui vit en toi et en prendre soin qu’ensuite tu pourras cheminer vers le pardon, non pas un pardon intellectuel, mais un vrai pardon que tu ressentiras dans ton corps.

A retenir

Quand on entend qu’il faut pardonner ses parents toxiques pour être heureux.se, cela porte à confusion. On croit que pardonner c’est excuser, passer l’éponge.

Oui il est indispensable de pardonner ses parents toxiques pour être heureux.se. Mais avant toute chose, ce qui est le plus important c’est de prendre soin de ses blessures intérieures, de ses émotions, ses ressentis, qu’on a été obligé de réprimer et qui sont pourtant bien là, bien vivants à l’intérieur de soi.

Ne cherche pas à pardonner tes parents toxiques, cherche plutôt à te libérer de tes émotions et à soigner tes blessures qui te rendent malheureux.se.

Si cet article t’a été utile et que tu souhaites prendre la voie de la confiance en soi pour t’épanouir dans tes relations, je peux t’accompagner personnellement. Je t’invite à découvrir mon accompagnement en cliquant ici.

Emily

4 Replies to “Faut-il pardonner ses parents toxiques pour être heureux ?”

  1. noureddine dit :

    Si je connais pas vos pensées,peut être que je vais comprendre autrement mais vraiment vous avez bien rédigé expliqué ce phénomène, étape par étape en commençant par décrire le pardon et c’est pas la solution donc se que j’ai compris qu’il doit travailler sur soi pour avoir un équilibre et apres le pardon bien après qu’on soit concilier avec soi.

    1. C’est exactement ça Noureddine 🙂 Vous avez bien compris le message que je voulais faire passer : avant de pardonner quoi que ce soit, il faut d’abord s’occuper de soi, de ses propres blessures. On a été assez mis de côté comme ça, maintenant il est temps de penser à soi ! 🙂

  2. Anne Marie dit :

    merci Emily ,très bien décrit les dégâts occasionnes par des parents non aimants !!
    j ai 64 ans ,une vie pleine de mauvais choix ,a la recherche de cet amour ,qu enfin ,et il était temps ,j ai compris : que je devais m’aimer moi d abord !!mais y a de la casse , de la tristesse et surtout ce manque de confiance en moi qui m a fait passer a cote de ma vie !!merci pour vos messages , que je garde et relis , quand je doute encore si souvent .Anne Marie

    1. Merci pour votre message Anne-Marie 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *