Réalisation de soi

L’erreur à corriger quand on veut atteindre ses objectifs

Ce qui me fait constamment avancer, ce sont mes objectifs. 

Mohamed Ali

 

Quand on s’est fixé un objectif, comme je l’ai fait avec mon défi, au début on est motivé. Si par exemple vous avez décidé de perdre du poids, de vous mettre au sport, d’arrêter de fumer, ou n’importe quoi d’autre qui va amener un changement dans votre vie, au début on est au taquet. Rien ne pourrait nous arrêter, aucune critique ne peut nous atteindre (du genre “toi, arrêter de fumer ? Je te parie que tu tiens pas une semaine !” Au passage, est-ce que ce sont des vrais amis les personnes qui vous parlent de cette façon ? 😉 ). On s’y voit déjà, dans notre corps de rêve, les cheveux au vent, tout le monde qui nous regarde avec admiration, on se voit déjà en train de fermer le clapet à ceux qui justement ne croyaient pas en nous 😉

On avance, on y arrive, tout va bien. On est au sommet. On ressent de nouvelles sensations, on découvre des parties de soi qui nous étaient complètement inconnue. Tout ce la nous parait magique 🙂

Puis, paf ! Ca retombe. On retombe à l’étage du dessous, on retombe de là où on vient. On n’a même pas compris comment c’est venu. On a bien perçu un petit quelque chose, presque imperceptible, qui commençait à nous déranger. Mais on n’y a pas trop prêté attention, espérant que ce petit truc allait nous foutre la paix. Mais non. Ce petit truc devient un gros truc. Un jour, on était au top, et quelques jours plus tard, on se retrouve le moral dans les chaussettes, à se demander “pourquoi ? Mais qu’est-ce que j’ai fait ? Avec tous les efforts que j’ai fourni, c’est pas juste que ça m’arrive à moi !”

On fulmine, on est frustré, on ne comprend pas. Très souvent, que se passe-t-il ensuite ? On abandonne notre beau projet. On se dit “A quoi bon ? Finalement, elle avait raison ma copine de me dire que je ne tiendrai pas plus d’une semaine….”

C’est très mauvais pour notre confiance en nous. Pour les sentiments que nous ressentons à notre égard (“finalement, j’avais raison de penser que je suis nulle”) et par rapport au regard des autres (“de quoi je vais avoir l’air devant mes copines et mes collègues ?” ). On se ronge les ongles en pensant qu’on va se sentir rabaissée en retournant au boulot le lendemain.

Cette fatalité de ne pas réussir à atteindre ses objectifs n’existe que dans nos têtes. Il y a un élément à connaître si l’on veut atteindre ses objectifs, qu’on ignore bien souvent. C’est cet élément que nous allons décortiquer aujourd’hui dans cet article 🙂

L’erreur à corriger quand on veut atteindre ses objectifs
Un élément important à connaître si on veut atteindre ses objectifs

Reprendre espoir

Avant de découvrir le développement personnel, c’est ce que je faisais. A la première difficulté, j’abandonnais. En plus, je me disais “c’est moi qui suis nulle, je n’y arriverai jamais, etc…” Peut-être vous arrive-t-il à vous aussi d’avoir ce genre de pensées à votre sujet ?

Avec le développement personnel, j’ai appris à développer l’espoir et la persévérance. Parce que je sais désormais que lorsqu’on veut se débarrasser de quelque chose qui ne nous convient pas, et qu’on veut mettre en place quelque chose de plus lumineux pour soi, ça ne se fait pas comme ça, en un claquement de doigts. Il existe des techniques pour y arriver, des exercices à faire.

C’est accessible à tout le monde. Mais le truc, c’est qu’il faut être patient.

La répétition

Comment se sont installées nos croyances (par exemple, je crois que je n’arriverai jamais à arrêter de fumer), nos façons de penser et de réagir ? Petit à petit, lentement, avec le temps.

C’est parce qu’on nous a dit de nombreuses fois de ne pas mettre nos coudes sur la table que nous ne mettons plus nos coudes sur la table. C’est parce qu’on nous a dit de nombreuses fois qu’un homme ça ne pleure pas que nous ne pleurons pas. C’est parce qu’on nous a dit qu’une phrase du genre « chassez le naturel il revient au galop » est une vérité universelle, que nous croyons que c’est une vérité universelle.

Nos parents, notre famille, nos amis, nos professeurs, les gens que nous rencontrons nous ont dit de nombreuses fois comment il fallait se comporter, comment il fallait penser, à quoi il fallait croire. A force d’être répété encore et encore, nous en avons fait des habitudes, sans même nous en rendre compte.

L’habitude, c’est quoi ? C’est une manière de se comporter et d’agir, qui est individuelle, fréquemment répétée (selon mon petit Robert). Pour la plupart de ces habitudes, nous ne nous rendons même plus compte que nous en avons fait une habitude. Par exemple, je ne me rends même plus compte que j’ai pris l’habitude de trop manger. Je ne me rends même plus compte que je pense de moi que je suis nulle, etc… L’habitude, c’est une action, une pensée, que l’on répète encore et encore jusqu’à ce qu’on ne se rende même plus compte qu’elle est là.

Il y a les mauvaises habitudes mais aussi les bonnes habitudes : par exemple, faire un sourire quand on croise quelqu’un.

Pour atteindre un objectif, il faut agir comme un archéologue

Lorsque nous entamons un processus d’accomplissement de soi, nous allons avoir des résultats, puis ça va retomber. C’est normal. Pourquoi ? Parce qu’on ne défait pas en un jour ce qu’on a mis des années à fabriquer.

L’accomplissement de soi, c’est un peu comme si on découvrait un site archéologique. On va gratter et gratter la terre qui se trouve dessus, on enlève la poussière, on nettoie, parfois on avance vite et parfois on stagne. Ce qu’il est important de faire, c’est de répéter inlassablement les mêmes gestes, avoir les mêmes pensées, tous les jours, encore et encore, jusqu’au jour où nous arrivons au trésor tant convoité 🙂

L’accomplissement personnel est un processus avec lequel nous avons besoin de temps pour nous familiariser avec.

Nous avons besoin de temps pour trouver ce trésor, pour construire de nouvelles habitudes qui cette fois-ci, seront constructives et épanouissantes pour nous.

Comment y remédier ?     

Il est indispensable de répéter inlassablement les exercices. De se relever chaque fois que nous tombons. Parce que nous ne ferons que ça au début : réussir, retomber, se relever, réussir, retomber, se relever, etc…

Comment un bébé arrive-il à marcher ? Parce qu’il s’est relevé chaque fois qu’il est tombé. Il ne se dit pas dès sa première chute : « oh non, j’y arriverai pas, c’est trop dur pour moi. Je laisse tomber ». Sinon, personne ne marcherait !

Il faut répéter, répéter et encore répéter jusqu’à ce que les choses deviennent naturelles pour nous, jusqu’à ce que nous ayons adopté de nouvelles habitudes. Je vous assure que pour ma part, il m’est arrivé de retomber peut-être 50 fois avant que les choses se stabilisent, avant que je réussisse sans plus retomber.

Puis, quelque chose qui vous motivera, c’est de vous rappeler comment c’était lorsque vous aviez réussi avant de retomber. Comment c’était ? Que ressentiez-vous à ce moment-là ? Comment les gens vous regardaient ?

Pour garder le cap vous pouvez :

  • repenser à comment c’était, ça vous aidera à vous relever
  • penser que vos habitudes ont besoin de temps pour être changées
  • et puis, est-ce que vous avez envie de retomber en arrière ? De revenir dans vos vieilles habitudes ?

Si vous êtes retombé, c’est que vous avez encore des choses à travailler sur vous. Mais vous avez réussi à ouvrir une porte, c’est ça qu’il faut viser. Ouvrir cette porte c’est le premier pas qui vous mènera à la réussite.

 

L’erreur à corriger quand on veut atteindre ses objectifs
Vous avez réussi à ouvrir une porte : c’est ça qu’il faut viser

 

Et vous, comment faites-vous pour réussir à atteindre vos objectifs ? N’hésitez pas à laisser un commentaire juste en dessous. Il pourrait m’aider ainsi que les autres lecteurs 🙂

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *