Améliorer nos relations

Je me suis disputé. Les 5 trucs à faire pour rester zen.

“L’avenir, tu n’as pas à le prévoir, mais à le permettre.” 

Antoine de Saint-Exupéry

 

Il y a quelques jours, je me suis disputé avec ma mère. Sur le coup, ça m’a vraiment foutu le moral à zéro. Moi qui pensais que notre relation toxique s’était transformée… Cette dispute me rappelle que nos relations avec les autres restent fragiles.

Mais mon moral est vite remonté, parce que je n’ai pas fait les erreurs que je faisais avant de me lancer dans le développement personnel.

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous mes trucs et astuces que j’utilise après une dispute pour rester zen.

les 5 trucs à faire pour rester zen après une dispute

 

1- Commencer par ne pas faire monter la sauce

J’avais besoin d’air. J’étais en train d’accompagner une amie qui voulait faire les boutiques. J’étais fatiguée, déprimée que la fin de mes vacances approchaient. Quand mon portable a sonné. Ma mère se sentait seule, elle avait besoin d’écoute. Cela me fait mal au coeur pour elle car elle ne sait pas exprimer ses émotions. Pour me le faire comprendre, elle me fait des reproches. C’est comme ça, elle a appris à s’exprimer de cette façon. Mais ce jour-là c’était pas mon jour. Alors je l’ai mal pris. Et ça s’est fini que je lui ai raccroché au nez. C’est pas terrible, hein ? Ce qui est d’autant plus dommage, c’est que nous habitons loin l’une de l’autre.

En tout cas, ça s’est passé comme ça et je ne peux pas revenir en arrière.

Comme je ne peux pas revenir en arrière, je travaille donc sur l’instant présent.

les 5 trucs à faire pour rester zen après une dispute

Avant, ce que j’aurais fait, c’est que je l’aurais rappelé et j’aurais déversé sur elle toute ma colère. Parce qu’avant je n’imaginais pas ce qui se cachait derrière la façon de communiquer de ma mère. Ca serait parti en live, dans des disputes stériles, qui n’amènent nulle part sauf à un profond malêtre.

Mais là, non. Je n’envenime plus le truc. J’ai décidé il y a plusieurs mois de cela de ne plus faire monter la sauce.

C’est une décision à prendre avec soi-même et qui peut demander de l’entraînement pour la mettre en place. Au début, je n’y arrivais pas. Quelque chose me poussait toujours à déverser ma colère et ma haine. Et puis, à force de répétitions, je réussissais de mieux en mieux à respecter ma décision.

Ce n’est pas encore top puisque je me suis disputé avec ma mère.

Alors que faire quand on se dispute ?

Il est préférable de raccrocher le téléphone ou de sortir de la pièce où nous sommes en train de nous disputer. Tout simplement.

Ensuite, au lieu de déverser ma colère et ma haine, où alors de vider une bouteille de vin, ou alors de tout casser à la maison, maintenant j’applique le second truc.

2- Faire autre chose

Voilà, j’ai raccroché le téléphone. Que fait-on quand on vient de se disputer ? On ressasse, on ressasse, ça tourne et ça tourne. A quoi ça sert ? A rien ! Si : à être encore plus mal.

Je vois d’ici des personnes me dire « pense à autre chose ! ». Est-ce que vous avez déjà essayé de penser à autre chose alors que vous êtes en train de ruminer ? Vous n’y arrivez pas ? Moi non plus ! Pas encore en tout cas 😉 En revanche, un truc qui marche bien, c’est de faire autre chose. Faire autre chose permet de penser à autre chose.

Ca peut être tout ce que vous voulez : une balade, du sport, du bricolage, du scrap-booking, du saut à l’élastique, cuisiner, danser, chanter, etc… Faites ce que vous aimez. Ca vous aidera à penser mieux.

Avec mon amie nous sommes allées nous promener au bord de la rivière du Cher. La nature m’apaise. La tension que je ressens se détend.

 

les 5 trucs à faire pour rester zen après une dispute

 

3- En parler

J’ai la chance que cette amie sache m’écouter et me faire remettre en question. Elle me fait comprendre le point de vue de l’autre. Elle ne me dit pas « c’est toi qui as raison, c’est nul comment elle réagit, etc…. » Non. Elle, elle me fait comprendre le point de vue de l’autre pour m‘aider à me sortir de ma place et me mettre à celle de l’autre. En toute bienveillance. C’est une attitude constructive.

Il est salutaire de ne pas rester avec nos disputes à l’intérieur de soi. De vider son sac. Quand on garde tout à l’intérieur de soi, que se passe-t-il ? On bout on bout on bout. Et arrive un moment, la cocotte-minute explose. C’est logique.

J’ai rencontré beaucoup de personnes que j’accompagne dans le cadre de mon travail qui m’ont dit «  j’ai eu un cancer/dépression/burn-out, etc… parce que toute ma vie j’ai tout gardé en moi… ». Attention, je ne vous dis pas que tout garder à l’intérieur de soi provoque une maladie grave. Je ne dis pas non plus que les maladies graves se déclenchent parce qu’on a tout gardé à l’intérieur de soi. Je vous rapporte les témoignages de nombreuses personnes qui ont ressenti que leur maladie était liée avec le fait d’avoir gardé en elles leurs émotions qui les rongeaient.

Il a fallu pour ces personnes que le mal prenne corps. La maladie, c’est le mal qui a dit quelque chose.

En parler, ça peut être aussi l’écrire, pour soi, ou bien le partager dans les réseaux sociaux, ou le peindre, faire de la musique, faire des photos, ou toute autre forme d’expression qui vous convient. Peu importe. L’important est que nous ne gardions pas en nous nos disputes, notre colère, notre rage, au risque de se faire bouffer et ronger par elles.

les 5 trucs à faire pour rester zen après une dispute

 

4- Se poser la bonne question

J’en ai déjà parlé dans cet article, il y a une question fondamentale à se poser dans nos relations. Cette question c’est :

Qu’est-ce que je veux ? Est-ce que je veux avoir raison ou est-ce que je veux être heureux ?

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Il n’y a que celle qui raisonne vraie pour vous.

Après avoir raccroché au téléphone avec ma mère, j’étais certaine d’avoir raison. Nous sommes tous comme ça : chacun pense avoir raison. Maintenant que j’ai un peu d’entraînement avec le développement personnel, sachant que c’est LA question à se poser, je me suis demandé en rentrant de ma balade avec mon amie : mais qu’est-ce que je veux ? Est-ce que je veux avoir raison ou est-ce que je veux être heureuse ?

J’ai laissé la question infuser. Quelques minutes plus tard, la réponse est venue : je veux être heureuse.

Je ne vais pas développer ici cette notion. Je vous invite à relire mon article sur les deux erreurs que nous commettons tous dans nos relations.

 

5- Passer à l’action

C’est curieux, après avoir découvert que je voulais être heureuse, je ne trouvais plus tellement que j’avais raison… J’ai commencé à comprendre le point de vue de ma mère. Et à comprendre aussi que je n’avais pas été sympa avec elle. Qu’il était indispensable que je m’excuse de mon attitude auprès d’elle.

Oui, je sais bien, ma mère m’a provoqué. Mais ce comportement lui appartient à elle, pas à moi. Moi, ce qui m’appartient, c’est de lui avoir mal répondu. Je n’ai aucune obligation de mal répondre à une provocation. Quelqu’un d’autre à ma place aurait peut-être réagi différemment.

Pour moi, être heureuse, c’est être en bonne relation avec ma famille. C’est la comprendre, lui donner tout l’amour que je peux lui donner. C’est remballer ma fierté dans ma poche qui veut me faire avoir raison, et ne me rend pas heureuse.

Quand on se pose des questions, notre subconscient nous y répond. Nous nous posons de mauvaises questions, nous aurons des mauvaises réponses. Nous nous posons les bonnes questions, nous aurons les bonnes réponses. Je me suis alors demandé :

Qu’est-ce que je peux faire de mon côté pour apaiser la relation avec ma mère ?

Beaucoup d’idées me sont venues en tête.  J’ai essayé de lui téléphoner mais elle ne décrochait pas. J’ai alors décidé de lui écrire. Une lettre ? Un mail ? Non. Je lui ai envoyé un message privé sur Facebook. Je lui ai dit que j’étais triste de ce qui s’était passé entre nous, que je m’excusais pour mon comportement, que je n’avais pas compris qu’elle avait besoin d’écoute, etc…

Il est important d’ouvrir son coeur et de dire « je ». Pas « tu », parce que là on repart dans le conflit et on accuse l’autre. Non, il est nécessaire de dire « je » m’excuse pour ce que j’ai fait, pour ce que j’ai dit, etc…

J’ai ressenti un immense soulagement après avoir rédigé ce message.

les 5 trucs à faire pour rester zen après une dispute

Aujourd’hui, 3 jours plus tard, elle ne l’a toujours pas ouvert. Est-ce que cela m’appartient ? Non. Ca la regarde elle.

Dans nos relations, il est nécessaire de laisser le temps à l’autre.

Que ma mère prenne son temps à elle pour ouvrir le message. Ou pas.

Les trucs et astuces que j’ai partagé ici avec vous vont vous aider à laisser le temps l’autre.

De mon coté, j’ai fait ce que j’avais à faire. Bien sûr je pense à elle, ma mère est quelque part dans ma tête et dans mon coeur.

 

Si vous voulez prendre le chemin pour être enfin zen, il est temps de commencer par vous poser les bonnes questions et faire les bonnes actions.

Appliquer tous ces trucs font que je suis fière de moi. J’ai fait tout mon possible pour que cette dispute se transforme en quelque chose de constructif.

Je me rends compte des progrès que j’ai fait depuis un an que je fais ma démarche de développement personnel. Finalement, c’est ça qui compte et me permet de continuer ma vie en restant zen.

 

 

Et vous, quels sont vos trucs et astuces pour rester zen après une dispute ? N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires. Ensemble, nous irons plus loin 🙂

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •   

6 thoughts on “Je me suis disputé. Les 5 trucs à faire pour rester zen.

  1. Bonjour Emily

    Personnellement, j’ai encore plus de difficultés à ne pas me mettre en colère surtout avec ma mère.
    Comment ne pas se mettre en colère avec elle lorsque celles-ci te donne des leçons de vie… alors que la sienne est triste car basée sur les apparences ?
    C’est très compliqué.
    De plus elle a un problème avec les hommes qui est de penser qu’ils sont, pour caricaturé, “ses esclaves”.
    Je viens de passer 7 jours de vacances avec elle et ça n’a pas été de tout repos.
    Mais incroyable, nous nous ne sommes pas disputés (pour une fois) bien que se fut bien souvent limite.

    Comment ai je fais ? Et bien,j’ai appliqué pas mal de choses dont tu parles.
    Mais surtout j’ai appris à lui dire les choses sans trop l’accuser, en essayant de prendre des gants mais en étant ferme à la fois.
    Ça ne lui a pas plu, mais des fois il faut vider son sac et après c’est dans la manière de le dire que tout se joue
    Bien sur, elle aussi de son côté, a fait d’énormes efforts pour ne pas avoir de conflits et c’est aussi la base des relations.
    Veux t’on toujours avoir raison ? Et donc imposé ses idées ?
    Moi je me fiche d’avoir raison mais je ne veux pas qu’on me dénigre sans raison fondée ou bien qu’on m’impose son point de vue.
    Elle me connait bien et sait qu’elle doit faire attention à ces propos car je parle peu (ce ne fut pas toujours le cas lol) mais je dis ce que j’ai à dire.

    Aujourd’hui les relations sociales s’amélioraient dans le monde, si chacun disait ce qu’il a à dire mais en y mettant la forme et pour cela il faut savoir s’adapter à l’autre, le connaître.

    Facile à dire quand se sont des personnes qu’on connaît peu, mais quand c’est ma mère… Lol

    Merci pour ces conseils et à bientôt

    Paul

  2. Bonjour Paul,

    Merci pour ton partage 🙂 Effectivement ce n’est pas simple quand l’attitude de nos (très) proches nous parait contradictoire, inadaptée, etc… Quelque chose m’aide beaucoup, c’est de comprendre quel besoin se cache derrière cette attitude. Alors ça me permet de faire grandir la compassion et d’atténuer la colère.

    A bientôt 🙂

    Emily

  3. Bonjour Emily,
    Je ne me suis pas vraiment disputée depuis un moment… mais cet article me servira à la première occasion. Il y a effectivement des personnes plus particulières avec lesquelles ça a tendance à tourner au vinaigre à chaque fois que ça s’engage un peu mal… 5 points, ce n’est pas trop long à se rappeler et essayer de les retrouver dans sa mémoire devrait donner les secondes salutaires pour ne “pas faire monter la sauce”!
    Merci pour cet article

  4. Bonjour,
    Merci pour ton partage.
    De mon coté, ce qui m’aide après une dispute, c’est la notion de Responsabilité de nos émotions.
    Je me connecte avec ce que Moi je ressens, je fais et dis ce qui est JUSTE pour moi et je garde en conscience que l’autre est responsable de la manière dont il va recevoir les choses.
    ça a été très bénéfique pour moi car avant je ne disais jamais ce que je ressentais de peur de froissé mon interlocuteur (en toute honnêteté : j’avais peur que si je blesse l’autre, il mette fin à ses jours ! Oui, je sais, c’est extrême comme façon de voir,mais pourtant, tel était mon raisonnement).
    Maintenant, je mets toute ma bienveillance d’abord à MON service et ainsi je ne peux que être bien et alignée avec moi même ; libre à l’autre de recevoir mon message et de l’interpréter à SA façon.
    Du coup, je ne rumine pas après une dispute et je ne nourri aucun sentiments négatifs qui m’empêcheraient de pouvoir retourner vers l’autre ou de l’accueillir si c’est l’autre qui revient vers moi.

    Bien à toi
    Caroline

    1. Merci Caroline pour ton commentaire 🙂 Effectivement, rester à sa place et ne plus prendre celle des autres soulage ENORMEMENT ! Pour ma part ça a été tout un travail aussi, sortir de ce rôle de vouloir sauver tout le monde ! Mais tellement bienfaisant 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *