Se libérer de ce qui nous pèse

J’apprends à donner sans rien attendre en retour

En ce moment, je ne me sens pas bien. J’ai le moral dans les chaussettes, j’ai envie de me replier, je me sens très fatiguée, bref, ça va pas.

J’attends beaucoup de choses de la part des lecteurs de mon blog, et ces choses ne viennent pas. J’ai l’impression de donner aux autres, de donner, donner, donner, mais de rien voir arriver en retour.

Ca vous arrive ça, à vous aussi ? De donner dans l’espoir d’un retour ?

Je suis très déçue car mon blog avait décollé il y a quelques semaines puis c’est retombé comme un soufflé.

Je n’ai qu’une envie, c’est d’arrêter, de tout envoyer valser, et de m’emmitoufler dans un plaid sur mon canapé, regarder des films à la con sur You Tube en mangeant des gâteaux et du chocolat.

C’est ce que je fais quand je suis déçue.

Le problème, quand je réagis de cette façon, c’est que je me dis des trucs du genre “t’es nulle, et les autres n’y comprennent rien, etc…” et ça me fait déprimer de plus en plus.

Mais j’ai décidé d’être heureuse, alors je ne vais pas me laisser faire ! 😀

Être heureux cela demande d’affronter nos peurs, toutes celles qu’on a fui jusqu’à maintenant.

C’est dur mais je rassemble mon courage.

Il y a un dicton chinois qui dit :

” Vous ne pouvez pas empêcher les oiseaux de la tristesse de voler au dessus de vos têtes, mais vous pouvez les empêcher de faire leur nid dans vos cheveux”.

Alors j’arrête tout de suite de me poser des questions pourries du genre “mais pourquoi moi ? Je ne mérite pas alors d’avoir ce que je veux ?” etc…

Abandonner mon blog serait une décision stupide.

Je suis face à une difficulté et je n’arrête pas de vous dire que les difficultés sont justement là pour nous montrer ce qu’on a à dépasser.

Alors, je me relève de mon canapé, et je me bouge ! Ce que je traverse est une opportunité pour grandir !

Bon, comment je peux faire pour continuer de donner sans rien attendre en retour ?

apprendre à donner sans rien attendre en retour
Donner sans rien attendre en retour, pas facile à faire tous les jours !

La magie de la vie…

Chose curieuse, quand on se pose ce genre de questions, « on » nous envoie des pistes pour y répondre.

C’est la magie de la vie

Effectivement, après m’être demandé comment faire pour continuer de donner sans rien attendre en retour, j’ai vaqué à mes occupations puis je suis allée sur Facebook où j’ai fais défiler machinalement mon fil d’actualité.

C’est là que j’ai vu une vidéo qui a suscité ma curiosité.

C’était une interview passionnante de Jean-Jacques Crèvecoeur.

Jean-Jacques Crèvecoeur est quelqu’un de grande renommée dans le développement personnel. Il l’enseigne depuis de nombreuses années. J’aime beaucoup son approche, sa façon de nous parler qui est fluide et bienveillante.

Je suis allée sur sa chaîne You Tube où j’ai tout de suite trouvé une vidéo dans laquelle il nous parle de “comment faire pour réduire nos attentes”.

Je me suis sentie mal à l’aise en visionnant. Ca remuait dans mon ventre, j’avais envie de la jeter cette vidéo.

C’est une excellente nouvelle 🙂 maintenant je le sais : quand ça remue comme ça, c’est que quelque chose en moi a besoin d’être libéré.

Alors, malgré ces difficultés, j’ai quand même écouté sa vidéo.

Ce qu’il nous dit est très intéressant.

Les croyances autour de l’attente

Mais d’abord, je regarde dans mon Petit Robert la définition d’”attendre” : se tenir en un lieu où une personne doit venir, une chose arriver ou se produire et y rester jusqu’à cet évènement.

C’est ça qui me dérange justement : c’est de laisser mon pouvoir d’action aux autres lorsque j’attends. Que eux vivent leur vie et moi pendant ce temps, bah, je vis pas la mienne…

D’ailleurs, lorsque je poursuis ma lecture de la définition du mot, à plusieurs reprises il y est question de rester dans une même attitude, ne rien faire avant que quelqu’un ou quelque chose arrive. Attendre le bon moment pour passer à l’action.

Ce n’est pas dans ma philosophie de vie que de ne rien faire en attendant que quelque chose arrive.

Et pourtant, attendre semble être une vertu depuis des lustres.

Il y a ce diction qui me revient souvent :

“Tout vient à point à qui sait attendre”

Je me souviens aussi, j’étais au collège lorsque j’ai étudié Ulysse et sa pauvre femme Pénélope qui l’attendait chez eux pendant que ce dernier voyageait.

Ca m’avait impressionnée cette femme qui savait patienter, avec un certain détachement et une détermination sans faille.

Je me sentais nulle à côté d’elle, moi qui voulais tout, tout de suite !

C’est comme ça qu’on se fait une carrière de nul : on admire quelqu’un, on veut devenir comme lui, on essaie dans tous les sens, on n’y arrive pas, alors on se croit nul 🙂

Alors si être comme Pénélope c’est top, moi ce que je veux surtout c’est être moi et être fière de celle que je suis.

Ce que je veux c’est me libérer de l’attente et continuer de donner.

Je sais maintenant qu’il suffit d’avoir les bons outils pour arriver à ce qu’on veut.

Einstein disait :

“Tout le monde est un génie, mais essayez d’apprendre à grimper à un arbre à un poisson, et il passera sa vie à croire qu’il est stupide”. 

Alors, comment faire ?

Est-ce qu’il existe un chemin qui va me permettre de me libérer ?

Les clefs

Jean-Jacques nous explique que c’est peine perdue de chercher à ne plus attendre.

Pour nous libérer, il faut examiner ce qui se passe quand on attend.

1 – Exprimer ses attentes

Ce qui se passe, c’est que nous attendons quelque chose de quelqu’un, et nous sommes déçus parce que la personne n’a pas répondu à nos attentes.

Elle ne comble pas nos besoins, elle ne répond pas à ce qu’on attendait d’elle.

Mais au fait, lui a t-on dit ce qu’on attendait d’elle ?

Le problème, c’est que nous ne disons pas à l’autre ce que nous attendons de lui car pour nous, nos attentes tombent sous le sens.

Nos attentes nous semblent évidentes et l’autre devrait les deviner. S’il ne les devine pas, c’est qu’il ne nous aime pas.

C’est le processus qui se passe dans nos têtes.

Jean-Jacques nous le dit : on ne demande pas, on n’exprime pas ce que l’on attend de l’autre parce qu’on a peur de perdre la face.

On a peur d’essuyer un refus.

Oui, c’est vrai. Pour ma part, j’ai peur d’exprimer ce que j’attends de vous. Et si personne ne me répondait, j’aurais l’air de quoi ? 😉

2- Les bénéfices

A chaque fois que nous attendons, nous en retirons un bénéfice.

Oui oui !

C’est inconscient bien entendu.

Mais nous pouvons mettre en lumière ces bénéfices qui sont cachés dans notre inconscient.

Et c’est facile à faire.

Quels sont ces bénéfices ?

Jean-Jacques, dans sa vidéo, nous dit qu’il a repéré 5 situations dans lesquelles nous attendons.

On attend que :

  • l’autre change
  • l’autre nous entende et nous reconnaisse
  • l’autre nous dise ce qu’on a à faire
  • qu’une personne en particulier nous aime
  • l’autre agisse de telle manière avec moi (j’attends qu’il me dise qu’il m’aime, j’attends qu’il m’offre des fleurs, j’attends qu’il me dise que je suis quelqu’un de bien, etc….)

Les bénéfices, s’il diffèrent un peu d’une situation à l’autre, sont au fond toujours les mêmes : je n’exprime pas mes attentes et j’attends que les choses viennent de l’extérieur.

J’attends que les choses viennent de l’autre.

Comme ça, je ne me mouille pas, je ne prends aucun risque d’être déçu. Je reste bien au chaud dans mes attentes, sans bouger, en attendant que les choses viennent des autres.

Hi hi ! Hé oui, c’est pour cela qu’on n’exprime pas ses attentes.

Bon OK. Alors moi j’en ai marre d’être dans cette situation dans laquelle je ne me sens pas bien.

Comment je fais pour en sortir ?

3- Prendre ses responsabilités

Pour se sortir de cette prison, la clef c’est de se poser la question :

“Est-ce que je suis prêt(e) à perdre les bénéfices que m’offre l’attente ? Est-ce que je suis  prêt(e) à prendre le risque de perdre la face ?”

Pour moi, c’est oui ! Parce que je veux sortir de là ! Je veux être heureuse !

Il faut donc oser exprimer ses attentes.

Bonne nouvelle : il nous précise qu’on a plus de chances que l’autre réponde à nos attentes quand on les exprime que quand on les garde pour soi 🙂 Il existe toujours des probabilités qu’il ne réponde pas à nos attentes, mais on augmente de beaucoup les probabilités qu’il nous réponde.

Alors j’y vais, je prends le risque de vous demander, mes chers lecteurs :

  • Qu’est-ce que vous apporte mon blog ?
  • Pourquoi me lisez-vous ?
  • Vous pourriez faire carrément autre chose, qu’est-ce que vous trouvez dans mon blog que vous ne trouvez pas ailleurs ?

J’ose vous livrer ces questions et confidences, même si j’ai peur que personne ne me réponde… Mais tant pis ! C’est le prix à payer pour sortir de la prison.

Ce que je ne vous ai encore jamais dit, c’est que vous n’imaginez pas à quel point vos commentaires sur mon blog, ou sur ma page Facebook, ou dans les forums, m’inspirent.

Je prends souvent ce que vous me dites comme point de départ d’un article.

4- L’influence de l’intention

Je pense qu’en plus de la vidéo de Jean-Jacques, poser une intention de donner sans rien attendre en retour aide à avancer.

Je l’ai fait avant d’écrire cet article.

Je me suis dit que j’allais écrire pour moi et partager mon cheminement pour les personnes qui ont envie de me lire, et pourquoi pas, qui ont envie d’évoluer elles aussi en s’inspirant de mon histoire.

Poser une intention, le sentir au fond de moi, je sais que cela influence mes mots, l’énergie que j’y mets. Le fil rouge de mon article prend la direction de mon intention.

J’ai posé la question à une personne de mon entourage que je trouve incroyable pour ça : elle sait donner sans rien attendre en retour.

Elle m’a dit qu’elle faisait toujours les choses avec le coeur, elle le fait pour faire plaisir.

C’est son intention.

Et souvent, elle reçoit en retour m’a-t-elle dit….

j’apprends à donner sans rien attendre en retour
Poser une intention de faire les choses avec le coeur, aide à donner sans rien attendre en retour

 

Pour résumer, encore une fois, ce thème démontre que tout vient de soi.

J’aime beaucoup les phrases du genre « le bonheur vient de l’intérieur » etc…

Mais je me pose toujours la question : « oui je suis d’accord, mais comment fait-on ? »

Chacun est responsable de son bonheur ou de son malheur.

Ce que nous démontre ici Jean-Jacques Crèvecoeur, c’est que nous devons agir pour sortir de l’attente.

Agir en reprenant les rênes de notre vie.

Et ça, ça me plait 🙂

Pas besoin d’attendre après les autres pour changer ma vie 😉

Parce qu’attendre revient à être passif, à céder à l’autre le mouvement de nos émotions et de notre vie.

Attendre nous fait perdre notre pouvoir de décision.

Ce n’est plus moi qui décide de comment je veux que soit ma vie.

Or, qui décide de mon bonheur ?

C’est moi, et personne d’autre.

Alors, êtes-vous prêt(e) à prendre le risque d’exprimer vos attentes ?

Etes-vous prêt(e) à perdre le bénéfice que vous tirez de l’attente pour être moins frustré ?

Etes-vous prêt(e) à vous libérer de l’attente ?

 

Voilà, je vous remercie par avance si vous répondez aux questions que je vous ai posées 🙂

Et partagez cet article pour inspirer vos proches 🙂

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    31
    Partages
  • 30
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •   

2 thoughts on “J’apprends à donner sans rien attendre en retour

  1. Bonjour Emilie,

    C’est la première fois que je viens sur ce blog, mais cet article est exactement ce dont j’avais besoin là maintenant ! J’ai lu récemment un roman de Laurent Gounel, “Et tu trouveras le trésor qui est en toi” et une phrase à particulièrement marqué mon esprit, je me permets de la partager ici : « Il y a une grande différence entre connaissance intellectuelle et transformation intérieure, ce n’est pas parce que vous accédez mentalement à un concept que vous le vivez”.

    Merci pour ce partage d’expérience qui est une preuve supplémentaire qu’il faut maintenant que j’exprime mes attentes également par rapport aux lecteurs de mon blog.

    1. Salut Thomas,

      C’est cool que tu trouves ce dont tu as besoin ici, ça fait plaisir 🙂

      Et merci pour cette citation de Laurent Gonelle, qui est tout à fait vrai ! C’est bien d’avoir des concepts intellectuels, car je pense qu’ils sont la premier pierre à la transformation intérieure. Il faut commencer par la connaissance.

      Cet article m’a fait prendre conscience à quel point je n’osais pas demander, dans tous les domaines de ma vie ! J’espère qu’il te permettra d’améliorer ta communication en tout cas.

      Une très belle journée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *