Vivre avec ses émotions

Emotions fortes : comment j’ai appris à les gérer

Quand on est hypersensible, il nous arrive régulièrement de ressentir des émotions fortes. On se sent tellement mal, qu’on peut en arriver à avoir très peur de ce qui nous arrive, voire paniquer. On se demande comment on va faire pour sortir de ce moment difficile. Je vous partage aujourd’hui comment je fais pour que ces moments passent plus en douceur, tout en faisant face à ce qui m’arrive.

On se sent dépassé

Quand surviennent des émotions désagréables comme la colère et la tristesse, on peut en avoir peur et paniquer. On est déstabilisé, secoué par ce qui nous arrive. C’est comme si on était dépossédé de soi : on est “hors” de soi, on a le sentiment de perdre le contrôle, c’est comme s’il y avait quelque chose qui nous dépassait qu’on n’arrive pas à maîtriser.

On sent l’angoisse monter, la tension et le stress nous envahir, on a les mains moites et tremblantes, on peut ressentir des vertiges, etc… Notre corps et notre mental sont mis à rude épreuve et on ne sait pas comment faire pour gérer la situation.

En fonction de chacun, pour gérer, on va prendre des médicaments contre les angoisses et l’anxiété, contre les insomnies, on va se jeter sur le frigo, sur les achats compulsifs, sur la bouteille d’alcool, la cocaïne, les jeux vidéos, etc… Tout ce qui pourra nous amener un soulagement immédiat.

On se sent mieux effectivement, c’est vrai que ça fait du bien et que ça détend de boire un bon coup ou de dépenser de l’argent, mais le problème qui se pose, c’est que ces émotions fortes qui nous terrifient reviennent à un moment donné. Et on réutilise le moyen qui nous avait soulagé immédiatement, jusqu’au jour où on se rend compte que ce moyen nous fait souffrir aussi.

De quoi avons-nous peur ?

La peur ou la panique arrivent parce qu’on craint nos émotions comme la colère ou la tristesse. Autrement dit, on a peur d’être en colère ou d’être triste. C’est normal : comme je l’écrivais ici, les personnes hypersensibles qui souffrent se sont senties rejetées par les autres qui les trouvaient trop à cran ou trop à fleur de peau.

Par la force des choses, on en vient à craindre ces émotions qui nous ont causé du tort : à cause de notre colère ou de notre tristesse, on s’est senti moins aimé.

Dans notre éducation on a pu nous dire aussi que ce n’était pas bon d’avoir des émotions. Une petite fille ne doit pas se mettre en colère et un petit garçon ne doit pas pleurer. Pour faire plaisir à nos parents, pour continuer d’être aimé d’eux, on fait tout pour refouler ses émotions, les réprimer ou les occulter.

Pour ma part, j’ai été championne toutes catégories pour m’affoler lorsque je ressentais des émotions comme la colère. J’avais des angoisses qui me terrifiaient. Parce que j’ai reçu comme éducation qu’il ne fallait pas que je me mette en colère. Alors, quand je sentais cette émotion arriver, panique à bord ! Il fallait étouffer ce ressenti qu’il m’était interdit d’avoir.

Emotions fortes : comment j’ai appris à les gérer

Les raisons d’être des émotions

Contrairement à ce qu’on a appris, les émotions existent pour des raisons qui nous sont bénéfiques. Ce n’est pas ce que l’on perçoit à priori, puisqu’elles nous ont causé beaucoup de tort.

Les émotions sont là pour nous aider, pour nous guider. Elles nous montrent du doigt ce dont nous avons besoin. Si par exemple vous ressentez de la tristesse, c’est peut-être parce que vous avez besoin de vous sentir aimé(e). Si vous ressentez de la colère, vous avez peut-être besoin de vous sentir reconnu.

Les émotions viennent vous montrer aussi les blessures qui sont en vous et qui ont besoin de toute votre attention, pour cheminer vers la guérison. J’en ai parlé dans cet article.

Comment les gérer

Pour gérer votre peur ou votre panique, laissez vos émotions être là, tout simplement. Elles sont là, en vous, laissez-les vivre leur vie. Ne les laissez pas vous emmener où vous ne voulez pas aller. Vous, vous restez là, en simple observateur.

Si vous pouvez, asseyez-vous, respirez profondément en observant mentalement le chemin que suit l’air dans votre corps. Depuis vos narines jusqu’aux poumons, et inversement. Allez-y petit à petit. Si vous n’y arrivez pas cette fois-ci, ce n’est pas grave. L’essentiel est que vous ayez déjà fait un 1er pas en essayant.

Pendant que vos émotions vous traversent, dites-vous et s’il le faut répétez-vous : “c’est normal d’avoir des émotions, j’ai confiance, elles sont là, en moi, elles ne font que passer. Ce n’est pas grave”.

Chercher à les comprendre

Puis lorsque vous le sentirez, posez-vous un instant : demandez-vous ce que ces émotions viennent vous dire. Je vous recommande chaudement de l’écrire. Qu’est-ce qui vous met en colère ? Qu’est-ce qui vous rend triste ? Qu’est-ce qui se passe en ce moment dans votre vie ? Est-ce que cela vous rappelle des évènements de votre passé ? Si oui, lesquels ? Que s’est-il passé ?

Ecrivez tout ce qui vous vient, sans vous interdire quoi que ce soit. Ce que vous écrivez là, c’est uniquement pour vous. Ecrire a comme effet bénéfique d’éclaircir ce qui se passe en soi, et d’être soulagé d’un fardeau qu’on porte en soi.

Ce qu’il faut retenir

Commencez par vous dire que c’est tout à fait normal de ressentir des émotions telles que la colère ou la tristesse. La colère n’est pas réservée aux hommes et la tristesse aux femmes. Si vous en avez peur, c’est parce qu’auparavant elles vont ont causé du tort.

Accepter leur présence petit à petit fera diminuer la peur et la panique. Posez-vous, respirez, détendez-vous, laissez-les vous traverser. Vous n’avez pas à les suivre.

Puis recherchez pourquoi vous avez ressenti cette émotion. Que s’est-il passé ? A quel évènement du passé vous repensez ?

Allez-y à votre rythme, tout en douceur, si vous ne réussissez pas cette fois-ci, c’est normal et ce n’est pas grave. Célébrez le fait d’avoir déjà fait un 1er pas, soyez-en fier, c’est ainsi que vous allez réussir petit à petit à vous laisser traverser par vos émotions.

Et puis surtout, ne croyez rien de ce que je vous dis. Tentez l’expérience pour vous-même et voyez ce que cela donne 🙂

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à liker ma page Facebook, j’y suis très sensible !!

Emily

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    15
    Partages
  • 15
  •  
  •   
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *