Les livres qui ont changé ma vie, Podcasts

Ces mères qui ne savent pas aimer

“Ces mères qui ne savent pas aimer”, écrit par Susan Forward, est un livre qui traite de la problématique des filles qui ont eu une mère toxique. Il décortique en profondeur ce qui empêche une fille qui a eu une mère mal aimante d’avoir confiance en elle, de mener la vie qu’elle souhaite. L’auteur nous propose de suivre des étapes, de mettre en place des stratégies et comment les mettre en oeuvre, d’utiliser des outils pour transformer notre monde intérieur fait de culpabilité, de honte, d’anxiété, de peurs et d’angoisses en un monde intérieur fait de plus de joie et de confiance qui, c’est certain, t’aidera à avoir de meilleures relations.

Si pour toi c’est mieux d’écouter l’article ou bien si tu veux optimiser ton temps dans les transports, les salles d’attente, en faisant la vaisselle, etc… tu peux aussi écouter l’article que j’ai enregistré en audio. Il te suffit de cliquer sur Play dans la barre noire ci-dessus. 

Pourquoi est-ce si destructeur d’avoir eu une mère toxique ?

ces mères qui ne savent pas aimerSusan Forward est une psychologue américaine née en 1938. Elle est spécialisée sur les parents toxiques, elle est d’ailleurs l’auteur du best-seller “Parents toxiques – se libérer de leur emprise”. Elle-même a eu une mère mal aimante.

Elle nous explique que c’est très difficile de faire comprendre aux autres qu’on a eu une mère toxique. C’est un sujet tabou pour la société car la plupart des gens n’arrivent pas à croire qu’il soit possible que des mères n’aiment pas leurs enfants. Du coup, ils ne savent pas faire autrement que de minimiser les douleurs et les souffrances des filles qui ont eu une mère toxique (j’en avais parlé dans cette vidéo).

Ces filles se retrouvent avec une double peine :

  • elles subissent l’attitude mal aimante de leur mère
  • leurs souffrances ne sont ni entendues ni comprises

C’est très destructeur parce que du coup, elles finissent par intérioriser leurs souffrances, par rationaliser ce qu’elles ont vécu, et par intégrer que si elles se sentent si mal, c’est de leur faute : elles pensent qu’elles sont trop sensibles et qu’elles ne savent pas y faire.

C’est quoi, une mère toxique ?

ces mères qui ne savent pas aimerLe point commun aux 5 portraits de femmes mal aimantes que dresse Susan Forward (qu’on va voir un peu plus bas), est que ces femmes ne savent pas servir d’autres intérêts que les leurs. Elles ne savent pas se remettre en question, aller vers leur fille pour leur dire qu’elles se rendent compte du mal que leur attitude engendre, et qu’elles vont changer.

Tu peux te reconnaître en tant que fille de mère mal aimante s’il arrive régulièrement à ta mère de :

  • Te rabaisser ou te critiquer
  • Te prendre comme bouc émissaire
  • S’attribuer le mérite quand les choses se passent bien, et de te tenir pour responsable quand les choses se passent mal
  • Te traiter comme si tu étais incapable de prendre tes propres décisions
  • Se montrer charmante devant les autres, mais redevenir froide dès qu’elle est seule avec toi
  • Essayer de te faire de l’ombre
  • Flirter avec la personne que tu aimes
  • Essayer de se réaliser par procuration à travers toi
  • T’envahir de coups de téléphone, d’Emails et de textos, et de s’incruster dans ta vie à tel point que tu te sentes asphyxiée
  • Te dire ou sous-entendre que tu es la raison de sa dépression, de son manque de réussite, ou qu’elle n’a pas réalisé ses rêves à cause de toi
  • Te dire ou sous-entendre qu’elle ne peut pas se débrouiller sans toi (et qu’il n’y a qu’avec ton aide qu’elle s’en sortira)
  • Utiliser l’argent ou des promesses d’argent pour te manipuler
  • Menacer de te rendre la vie difficile si tu ne fais pas ce qu’elle veut
  • Ignorer ou minimiser ton ressenti et tes souhaits

Ce sont là les limites claires que franchit une mère mal aimante, que ne franchit pas une mère aimante.

Les 5 portraits de ces mères qui ne savent pas aimer

En lisant ce livre, je me disais “Enfin quelqu’un qui reconnait les atrocités que j’ai vécu étant petite !” Quand je parle d’atrocités, ce ne sont pas que les mères qui frappent leur fille (mais elles font aussi partie des 5 portraits des mères mal-aimantes). Susan nous parle aussi des :

  • mères narcissiques : “Et moi ? Tu as un peu pensé à moi ?”
  • mères accaparantes : “Tu es toute ma vie”
  • mères control-freak : “C’est comme ça parce que je dis que c’est comme ça”
  • mères qui ont besoin d’être maternées : “Je compte sur toi pour t’occuper de tout”
  • mères qui négligent, trahissent et battent : “Tu n’arrêtes pas de faire des histoires”

Pour chaque portrait, Susan explique avec des mots simples et percutants comment la manipulation s’est mise en place : les mots et les attitudes que la mère emploie pour utiliser sa fille afin d’en faire un bouclier face à ses propres démons.

Comment se reconstruire et reprendre confiance en soi ? 

ces mères qui ne savent pas aimerAprès avoir fait la lumière sur ce qui nous a toujours semblé nébuleux, on comprend (enfin !) comment la manipulation s’est mise en place et pourquoi on va si mal.

Susan nous dit “Vous ne pouvez pas changer le comportement de votre mère – elle seule peut le faire – mais vous avez en revanche le pouvoir de changer vos rapports en changeant vos propres actions“.

Il n’y a qu’un moyen pour faire changer notre vie : en reprenant notre pouvoir que notre mère nous a pris.

Ce n’est pas en changeant nos pensées ou nos ressentis qu’on va s’en sortir. L’auteur nous propose exactement l’inverse : de changer d’abord nos comportements, lesquels modifieront nos ressentis et nos pensées. Et ça marche.

Susan nous explique, étape par étape, les stratégies à mettre en place et comment les mettre en place. Elle nous propose des exercices très puissants d’écriture, de visualisation, etc…

Je te donne un exemple, mais je ne peux pas bien entendu te décrire ici toutes les stratégies que propose Susan Forward. Par exemple, elle détaille une manière de communiquer que j’ai trouvée très puissante, qui s’appelle « la communication non-défensive ». Quand on a une mère mal aimante, on s’est habitué à se défendre, à se justifier (sans même s’en rendre compte) quand on se prend des critiques, des jugements, etc… On dit des phrases du genre :

  • Non, je ne suis pas…
  • Non, je n’ai pas…
  • Comment peux-tu dire ça de moi ?
  • Pourquoi est-ce qu’il faut toujours que tu… ?
  • Pourquoi est-ce que tu ne peux pas être raisonnable pour une fois ?
  • Tu dis n’importe quoi
  • Je n’ai jamais dit/fait ça
  • Si je l’ai fait, c’est parce que….
  • Je ne l’ai pas fait exprès
  • J’essayais juste de…
  • Mais tu avais promis…

On est bien intentionné parce qu’on veut que notre mère reconnaisse la fille bien que nous sommes, et on veut avoir des rapports sains et équilibrés avec notre mère, mais en fait, communiquer de cette façon ne fait que refléter toutes les angoisses, les peurs et les craintes qui nous habitent. Encore une fois, il ne faut surtout pas culpabiliser si tu te rends compte que tu « te défends » quand tu communiques. Tu as fait comme tu as pu.

Susan nous propose alors de simplement modifier nos mots. D’arrêter la communication qui est basée sur la défense, pour utiliser la « communication non défensive ». Ce sont des phrases du genre :

  • Je vois
  • Je comprends
  • Je suis navrée que tu sois contrariée, mais je ne souhaite pas discuter de cela
  • C’est non négociable
  • Cela ne m’étonne pas de toi que tu voies les choses de cette manière
  • Tu peux toujours essayer de me faire culpabiliser ou de me prendre par la pitié, ça ne marche plus
  • Ah oui, vraiment ?
  • Nous en reparlerons quand tu seras plus calme
  • Crier et menacer ne va rien résoudre
  • Ce sujet est clos. Si tu veux me parler, il faudra me parler d’autre chose
  • C’est ma décision et elle est non négociable
  • Je sais que tu n’es pas contente
  • Tes opinions n’engagent que toi

Ca peut faire peur de passer à cette façon de communiquer. Mais Susan nous encourage à ne plus nous laisser mener par l’angoisse, la peur et l’anxiété. Elle nous rassure aussi en nous expliquant comment mettre en place cette nouvelle manière de communiquer et par quoi on va passer quand on va traverser ces nouvelles épreuves. Et puis, elle nous décrit les immenses bénéfices qu’on va gagner : de la confiance en soi, une meilleure connaissance de soi, de la liberté, de la clarté, de la force grâce aux armes qu’elle nous offre à travers ces outils et ces stratégies qui nous ont tellement fait défaut.

Cela peut modifier en profondeur le rapport qu’on a à sa mère.

Aussi, si tu te sens trop fragile, elle recommande de se faire accompagner par un thérapeute pour parcourir ce chemin. 

Les forces du livre

ces mères qui ne savent pas aimerOutre les étapes et les stratégies puissantes que propose Susan pour qu’on retrouve confiance en soi, elle nous relate les vies de femmes courageuses comme toi et moi, qu’elle a accompagnées, qui décident de reprendre leur pouvoir en main. On se reconnaît dans ces témoignages, et on suit le processus de changement qui se met en place au fur et à mesure car Susan nous décrit les séances qu’elle vit avec ces femmes.

Aussi, ce qui est top, c’est que le processus fonctionne pour toutes les filles, peu importe le portrait de mère mal aimante qu’elles ont eues.

Une autre force du livre est que l’auteur nous apprend à nous armer pour faire face à l’attitude toxique de notre mère, qu’on peut du coup dupliquer avec n’importe quelle personne malveillante. Parce que le coeur du problème est bien là quand on a eu une mère toxique : celle-ci, qui est censée nous apprendre à nous protéger, nous a rendues vulnérables, faibles, nous sommes à la merci de tout ce qui peut être toxique. Parce qu’elle ne nous a pas appris à nous protéger, ni à poser nos limites.

Enfin, je craignais de trouver dans ce livre des outils flous et difficiles à appliquer. J’ai été très surprise de constater que tout est clair, pragmatique, j’ai trouvé certains exercices ludiques. Ce livre est fluide, bienveillant, plein de bon sens et d’humanité.

Ce que je pense de « Ces mères qui ne savent pas aimer » 

L’écriture de “Ces mères qui ne savent pas aimer” est fluide, la traduction est très bien faite. Le livre est facile à lire, pertinent, percutant, et déroule de manière concise et précise les étapes indispensables par lesquelles il est nécessaire de passer pour retrouver confiance en soi.

En même temps, Susan Forward a su trouver les mots pour rassurer et encourager à se lancer

Les stratégies à mettre en place demandent du courage mais les bénéfices sont énormes.

C’est un livre à avoir chez soi, à ne surtout pas prêter mais à offrir, car c’est une mine d’or remplie d’outils ludiques et faciles à mettre en place, pour que toutes les femmes qui ont souffert d’avoir eu une mère mal aimante retrouvent la confiance en elles, qu’elles découvrent leur liberté et leur force intérieure.

Si tu souhaites toi aussi te libérer de l’emprise de ta mère, je te recommande ce livre de Susan Forward. Si tu cliques sur un des liens Amazon présents dans l’article et que tu achètes le livre, cela ne changera rien pour toi au prix du livre, et de mon côté, cela me permet de percevoir une petite commission de la part d’Amazon 🙂  

Si cet article t’a plu et que tu souhaites agrandir notre communauté, n’hésite pas à liker ma page Facebook !

Emily

Merci à Unsplash pour les photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *