Catégorie : Cesser de souffrir

Comment fonctionne la méthode de Byron Katie ?

Comment fonctionne la méthode de Byron Katie ?

Se libérer de la souffrance, libérer l’amour et la paix qui sommeillent en chacun de nous, c’est possible. Vous découvrirez dans cette nouvelle vidéo comment fonctionne la méthode de Byron Katie, qui est cette femme, en quoi consiste ce qu’elle nous enseigne.

Ceci est la retranscription texte de la vidéo : 

Bonjour ! Je suis Emily, je suis conseillère pour les personnes hypersensibles. Aujourd’hui comme je vous l’ai promis dans la dernière vidéo, on va parler de la méthode de Byron Katie. Comment fonctionne sa méthode ? C’est issu de son livre « Aimer ce qui est ».

D’abord je vous invite à vous rendre sur mon blog « Etre enfin zen.com », je vous mets le lien dans les commentaires. Vous pourrez y télécharger un Ebook qui est entièrement gratuit pour vous qui s’appelle « j’arrête de souffrir à cause des autres ». Vous n’avez qu’à rentrer votre prénom, votre adresse mail et vous le recevrez directement dans votre boîte, et en plus grâce à ça vous serez informés donc à peu près deux fois par semaine, à chaque fois que je publie soit une vidéo soit un article sur mon blog. Vous serez averti directement par mail.

Alors qui est Byron Katie ?

Donc cette dame qui est une américaine. Byron Katie, c’est une femme qui a connu de graves dépressions vers l’âge de 30-40 ans, me semble-t-il. C’était quelqu’un qui réussissait bien sa vie socialement, qui avait trois enfants, qui était mariée, qui avait un bon boulot et tout ça. Et le problème, c’est que sa dépression elle était de plus en plus profonde. Byron Katie souffrait de plus en plus et elle terrorisait et son entourage, notamment ses enfants et son mari qui la craignaient vraiment. Ils avaient très très peur d’elle et jusqu’au jour où ils ont été obligés de la faire interner. Et ce qui s’est passé, c’est que au bout d’une semaine de son internement, il y a un matin elle s’est réveillée et elle ne souffrait plus du tout. Elle raconte même qu’elle a été saisie d’un rire qui est monté mais vraiment du plus profond d’elle-même, et elle s’est mise rire de sa situation en fait. Donc elle est rentrée chez elle, et sa famille voyait bien que c’était plus du tout la même personne. Mais eux ils pensaient que l’ancienne Katie elle allait revenir, sauf que l’ancienne Katie n’est jamais revenue, et dorénavant c’était une personne qui était en paix, qui était dans la joie, qui ne connaissait plus aucune dépression. C’était une toute autre personne qui avait donc remplacé l’ancienne Katie qui souffrait le martyr.

Alors ce qui s’est passé c’est que au fur et à mesure, ses voisins ont commencé à lui demander « mais enfin, comment tu fais ? Je veux savoir comment tu fais » Puis Katie, elle a passé à peu près deux ans dans le désert. Donc elles vivait déjà dans le désert à cette époque-là, et donc elle passait ses journées soit dans le désert, ou soit dans son jardin me semble-t-il. Voilà à méditer et puis à comprendre ce qui lui était arrivé, et donc elle a mis en place au fur et à mesure une méthode, donc qui est reprise dans son livre, et elle a après permis à ses voisins de bénéficier de sa méthode, et puis après ça s’est étendu dans le monde entier. Maintenant c’est quelqu’un qui voyage à travers le monde pour enseigner sa méthode aux personnes qui le souhaitent, aux personnes qui le demandent. Donc elle va dans les hôpitaux, elle va dans des cabinets de psychologues, elle va dans des grandes salles.

Là au mois de juin, le 30 juin prochain, donc 30 juin 2018, elle va au Grand Rex à Paris. Donc le Grand Rex c’est quand même déjà une salle, je crois qu’il y a deux mille personnes.

Donc voilà, c’est quelqu’un qui voyage à travers le monde et elle a aidé des millions de personnes à ne plus souffrir et à enfin se libérer, et à libérer l’amour en fait qui est à l’intérieur de soi et qui se cache derrière la souffrance.

Alors c’est une méthode que Byron Katie appelle le « Travail » et sa méthode, comme je vous l’expliquais la dernière fois dans ma petite vidéo, je vous disais que ce qui nous fait souffrir c’est le fait que on va attraper une pensée qui va nous traverser, on va l’attraper au vol et cette pensée on va la triturer et se faire un tas de films autour de cette pensée. Et la méthode de Byron Katie, elle va consister au fait de décortiquer tous ces films qu’on se fait autour d’une pensée et jusqu’à ce qu’on arrive en fait à se détacher de cette pensée. Et à la fin on arrive même à en rire ! C’est incroyable mais je vous assure que ça marche.

Alors Katie nous recommande de commencer avec une pensée qui nous fait souffrir à cause de quelqu’un donc, elle elle nous donne l’exemple de « Paul ne m’écoute pas » et puis on va donc là, maintenant ce qu’on va faire, c’est répondre à six questions. Donc ces six questions vous pouvez les remplir sur ce qu’on appelle la feuille de Travail que vous pouvez télécharger sur le site Internet de Byron Katie, je vous mettrai le lien dans les commentaires.

Et en fait, ces six questions c’est, ce sont ces questions là qui vont nous permettre de décortiquer le film qu’on se fait autour de notre pensée. Ensuite on prendra chacune des réponses qu’on a notée donc sur la feuille de Travail et chacune de ces réponses on va la soumettre à quatre questions et à des retournements. Ces questions elles sont toutes simples.

Alors la première question, si donc on reprend l’exemple « Paul ne m’écoute pas », la première question ça va être « est ce que c’est vrai ? » Il n’y a pas trente-six réponses qu’on peut faire à cette question-là. C’est soi oui, soit non.

La deuxième question c’est « pouvez-vous savoir de façon absolue que c’est vrai ? » et là c’est pareil, il n’y a pas 43 réponses : c’est oui ou c’est non.

La troisième question c’est « comment réagissez-vous, que se passe-t-il quand vous croyez cette pensée ? »

Et la quatrième question qui est une question ultra puissante, c’est : « qui seriez-vous sans cette pensée ? Qui seriez-vous si vous n’étiez même pas capable d’avoir cette pensée ? »

On peut prendre son temps pour répondre à ces questions. Moi j’aime beaucoup quand je pratique le Travail, je ferme les yeux et je sonde ce qui se passe à l’intérieur de moi. J’essaye d’aller rechercher ce que je ressens, les émotions qui ressortent après avoir répondu aux quatre questions.

On va à nouveau soumettre donc chacune des réponses qu’on avait obtenu sur la feuille de Travail, on va les soumettre à ce qu’on appelle des « retournements » et trouver au moins trois exemples précis et authentiques, c’est à dire qu’ils nous parlent, qu’ils sont vrais pour nous, qui vont démontrer que ce retournement, il est vrai pour nous, et peut-être même qu’il est plus vrai que la pensée qui nous faisait souffrir.

On peut en général trouver trois retournements pour chaque pensée. Alors on retourne vers soi, on retourne vers l’autre et on retourne à l’opposé. Je vais vous donner des exemples pour vous aider à comprendre.

Toujours en gardant la phrase de départ qui nous fait souffrir « Paul ne m’écoute pas ». Si on la retourne vers soi ça donne « je ne m’écoute pas ». A quel moment dans la situation avec Paul, quand vous trouvez qu’il ne vous écoute pas, à quel moment est-ce que vous trouvez que vous ne vous écoutez pas non plus ? Et de trouver trois exemples précis.

La deuxième façon de retourner, donc c’est de retourner vers l’autre. Par exemple, au lieu de « Paul ne m’écoute pas », ce serait « je n’écoute pas Paul », et toujours pareil donc de trouver trois exemples qui nous parlent à nouveau, qui nous semblent authentiques, qu’on ressent vraiment à l’intérieur de soi. A quel moment dans la situation quand vous trouvez que Paul ne vous écoute pas, à quel moment est-ce que vous, vous trouvez que vous n’écoutez pas Paul ? Et enfin le dernier retournement qui est en général possible, mais il est peut-être possible aussi d’en trouver d’autres, donc si on retourne à l’opposé, ça donne : « Paul m’écoute », et là, pareil,  toujours de trouver trois exemples précis qui vous parlent. En quoi est-ce que vous avez remarqué que en fait, mais oui, Paul vous écoute ?

Sachez qu’il n’y a pas de mauvaise façon de pratiquer le Travail. Il n’y a pas non plus de mauvaises réponses. Il n’y a que ce qui est vrai pour vous, que ce qui résonne à l’intérieur de vous et qui est vrai pour vous. Aussi il n’y a pas deux chemins identiques pour faire le Travail. Moi je sais que au début je me disais « mais qu’est ce que c’est que cette méthode ? » Je voyais absolument pas où elle voulait en venir. Et puis jusqu’au jour où j’ai eu un déclic. Je me suis dit « ah mais oui d’accord ok ! Si je comprends ! » Et là j’ai eu des déclics, des prises de conscience, mais ça a été fulgurant quoi ! Et puis parfois il y a eu aussi pas de prises de conscience comme ça qui se faisaient, mais en fait après je me suis rendu compte plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois plus tard que les choses s’étaient faites inconsciemment, profondément à l’intérieur de moi, sans même que je m’en rende compte en fait. Voilà et puis Katie elle nous dit qu’il n’y a pas deux personnes qui vont vivre le Travail de la même façon, mais ce qui est sûr, c’est que c’est une méthode efficace qui permet de se libérer de la souffrance et de faire entrer de plus en plus d’amour et de joie à l’intérieur de soi, et de la paix.

Moi ce que ça m’a apporté en plus, c’est que ça m’a libérée du poids des normes sociales, ça m’a libérée aussi des principes que je pouvais avoir. Il faut qu’untel soit comme ça, il faut que les gens soient comme ça, il faut que moi je sois comme ça. Ca m’a permis d’être de plus en plus moi même, d’être de plus en plus en paix, de plus en plus détendue, d’accorder de moins en moins d’importance au regard des autres, et en fait d’arriver à « aimer ce qui est ».

Voilà voilà, je pense avoir fait le tour en gros de la méthode de Byron Katie. Ce que je peux vous encourager à faire maintenant, c’est de vous procurer le livre, je vous le montre encore une fois « aimer ce qui est ». Voyez moi, il est rempli de petits marque-pages. Voilà je vous encourage à essayer la méthode, si vous avez vraiment envie de vous libérer de la souffrance. Vous vous rendez compte aussi que ça peut pas se faire comme ça, en un claquement de doigts. Il faut se poser, il faut imprimer la page, il faut écrire, il faut avoir envie de se reconnecter avec soi-même, avec ce qui est vraiment à l’intérieur de soi qui nous fait vivre, qui nous fait vibrer, et il faut avoir envie d’être heureux.

Voilà pour aujourd’hui. En tout cas si cette vidéo vous a plu, n’hésitez pas à mettre un petit pouce vers le haut, ça me fera bien plaisir, et aussi si vous voulez être mis au courant des prochaines vidéos que je mettrai sur ma chaîne, n’hésitez pas à vous abonner en cliquant, je pense ça d’être par ici, donc en cliquant sur ma photo et puis en attendant je vous souhaite d’être heureux et d’être heureuse ! Surtout surtout surtout, pensez à vous et puis je vous dis à très bientôt !

Ciao

Emily

comment fonctionne la méthode de Byron Katie

Vous posez-vous cette question ?

Vous posez-vous cette question ?

On prend pour acquis que parce qu’on est hypersensible, on doit souffrir. Que parce qu’on a eu une enfance malheureuse, on doit souffrir. Avez-vous déjà remis en question ce genre de pensées ? Vous posez-vous cette question ?

Ceci est la retranscription texte de la vidéo :

Bonjour ! Je suis Emily, je suis conseillère pour les personnes hypersensibles. Aujourd’hui je voudrais commencer cette vidéo en vous posant une question.

D’abord je vous invite à vous rendre sur mon blog, je vous mets le lien dans les commentaires, vous pourrez télécharger un ebook qui est entièrement gratuit pour vous. Vous avez juste à rentrer votre prénom et votre adresse mail, l’Ebook s’appelle « j’arrête de souffrir à cause des autres », vous le recevrez directement dans votre boîte, et en plus, comme ça toutes les semaines vous serez informé par mail chaque fois que je sors une vidéo ou un article.

Quand vous vous dites que vous êtes hypersensible et que forcément vous souffrez. Quand vous vous dites que vous avez eu une enfance malheureuse et que forcément ça vous fait souffrir. Quand vous vous dites qu’on ne vous comprend pas et que c’est normal que ça vous fasse souffrir.

Je voudrais vous poser cette question : mais qu’est ce qui fait au fond fait que ce genre de pensées vous fasse souffrir ?

Alors vous allez me dire « bah enfin ! Mais c’est logique, c’est normal que je souffre puisque j’ai eu une enfance malheureuse ! C’est normal que je souffre puisque personne ne me comprend et c’est normal que je souffre puisque mes parents ne m’aiment pas ! »

Alors oui, je suis d’accord avec vous, c’est normal que ça fasse souffrir. Mais le truc c’est qu’en fait on prend pour acquis que ce genre de pensée doit forcément nous faire souffrir et que quelque part on est condamné à souffrir toute notre vie parce qu’on a vécu ce qu’on a vécu, parce qu’on est ce qu’on est.

Et puis les gens qui s’en sont sortis, qui sont heureux, qui sont épanouis, qui se sentent bien, on les voit comme des gens qui sont exceptionnels. On se dit mais eux ils sortent du lot et s’ils s’en sont sortis, 6 ans sont sortis, c’est parce qu’ils ont quelque chose en plus que moi je n’ai pas. Or ces personnes-là elles n’ont rien de plus que vous mais absolument rien, rien du tout. Comment est ce que la plupart des gens fonctionnent par rapport aux pensées ? Alors il faut savoir que chaque jour on est traversé par des milliers voire des millions de pensées et qui nous traversent la tête. Et parfois on va « schlak ! » s’accrocher à une de ces pensées, on la prend au vol et alors on va la triturer, on va lui accorder toute notre énergie, toute notre attention, et allez, vas-y que je te remue tout ça, j’y mets toutes mes pensées, tout mon ressenti, j’y mets toutes mes émotions dans cette pensée.

Par exemple, cette pensée ça pourrait être « je ne peux qu’être malheureux parce que je suis hypersensible ». Mais à quel moment est-ce qu’on remet en question ses pensées ? Pourquoi est-ce que ça devrait être vrai tout ça ? Pourquoi est-ce que ça devrait être vrai ?

Le truc, c’est que la plupart des gens prennent pour acquis un certain nombre de pensées comme par exemple « c’est normal d’être malheureux quand on a eu une enfance malheureuse », « c’est normal d’être malheureux quand on n’est pas compris par les autres » et « c’est normal d’être malheureux quand on est hypersensible »

Le truc, du coup, ça va être de réussir à remettre en question les pensées qu’on a depuis toujours et qu’on pense que c’est ça qui nous fait souffrir.

La prochaine fois je vous parlerai de Byron Katie, de son livre « Aimer ce qui est ». C’est un livre qui est incroyable. S’il y a un livre en développement personnel qu’il faut avoir c’est celui-ci, parce que comme je vous disais on souffre parce que on s’attache à une pensée et on finit par croire ce à quoi on pense. La méthode de Byron Katie c’est une méthode qui permet justement de se détacher de ce à quoi on croit, de se détacher de ses pensées pour à la fin arriver à carrément dédramatiser et à rire de ses pensées et qu’on avait au départ. Même moi je sais que ça m’arrivait avec des pensées que j’avais mais sur lesquels je dramatisais mais complètement quoi ! Et depuis des années. Et grâce à Byron Kathy j’ai réussi à m’en détacher complètement et ça m’a changé la vie.

Voilà je vous en parlerai la prochaine fois plus en détail. En attendant si cette vidéo vous a plu, n’hésitez pas à la liker et moi ça me fera bien plaisir, je me sentirai soutenue. Et puis également à vous abonner à la chaîne pour ne pas rater les prochaines vidéos.

Et en attendant je vous souhaite surtout d’être heureux et d’être heureuse et je vous dis à bientôt !

Ciao ciao

Emily

Vous posez-vous cette question

Merci à Unsplash pour la photo

Comment faire pour arrêter de souffrir quand on est hypersensible ?

Comment faire pour arrêter de souffrir quand on est hypersensible ?

Quand on souffre dans ses relations à cause de son hypersensibilité, on cherche à prendre sur soi. On croit qu’en étant moins sensible, on sera plus heureux. Mais on a beau faire, même si on arrive à réprimer ses émotions, on n’est pas plus heureux pour autant. Alors, comment faire pour arrêter de souffrir quand on est hypersensible ? Je vous propose d’explorer ensemble 5 pistes qui mènent vers plus de paix et de sérénité.

Comment faire pour arrêter de souffrir quand on est hypersensible ?

Nous l’avons vu dans l’article précédent, lorsque nous souffrons de notre hypersensibilité, nous sommes sans même le savoir embarqués dans un cercle vicieux. Nous allons commencer à faire des petits pas de côté pour peu à peu quitter ce cercle vicieux et entrer dans un cercle vertueux.

L’antidote à la souffrance, c’est la joie et le bien-être. Autrement dit, pour souffrir moins et retrouver plus de sérénité dans ses relations, apprendre à se faire du bien sera la clef.

Puisque, comme nous l’avions vu, nous souffrons essentiellement du fait que :

  • Nos émotions sont vives
  • Nous nous sentons rejetés
  • Le regard des autres nous pèse
  • De notre sentiment de n’être pas normal

Examinons comment nous pouvons faire pour nous faire plus de bien dans ces domaines. Je vous présente 5 pistes.

1- Changement de perspective

Je vous propose dans un premier temps de ne plus chercher à prendre sur vous, d’abandonner l’idée de gérer votre hypersensibilité, etc… Inversez votre pensée : au lieu de vous demander « comment faire pour gérer mon hypersensibilité ? », demandez-vous plutôt « comment faire pour gérer les conséquences de mon hypersensibilité pour que ma grande sensibilité soit plus douce ? » :

  • si par exemple vous vous mettez en colère facilement, que pouvez-vous faire pour être plus en paix ?
  • si les autres vous fatiguent, que pouvez-vous faire pour être plus reposé(e) ?
  • si vous pleurez souvent à chaudes larmes, que pouvez-vous faire pour introduire plus de joie dans votre vie ?

comment arrêter de souffrir quand on est hypersensibleEst-ce que vous voyez en quoi l’approche est différente ? Lorsque vous cherchez à gérer votre hypersensibilité, vous allez mettre en place des solutions pour être “moins” sensible, pour étouffer la personne que vous êtes afin de faire plaisir au reste de la société.

Alors que si vous cherchez à apporter des solutions aux conséquences de votre hypersensibilité, vous laissez vivre la personne que vous êtes, et vous mettez en place des solutions pour que ces conséquences soient plus douces pour vous-même. Vous entrez dans la bienveillance avec vous-même, la tolérance, la douceur, l’amour inconditionnel de la personne que vous êtes.

Petit pas de côté : ne cherchez pas à être “moins” sensible, cherchez plutôt à être “plus” en paix, reposé(e), joyeux(se), etc…

2- Des petites choses du quotidien

Pour que votre hypersensibilité vous soit plus douce, pensez à tout ce qui peut vous apporter du bien-être :

  • Utilisez vos talents d’hypersensible : écrire, peindre, dessiner, chanter, etc…
  • Vous êtes proche de la nature et des animaux : prenez le temps de câliner votre animal de compagnie, soyez pleinement avec lui. Si vous n’avez pas d’animal, peut-être qu’apporter votre bénévolat dans un refuge vous ferait du bien (surtout que les hypersensibles ont besoin de se sentir utiles 🙂 ). Faites une balade dans la nature, cela apporte beaucoup de bien-être.
  • Afin de faire baisser la pression des émotions, asseyez-vous un instant, fermez les yeux et observez mentalement votre respiration : le souffle qui entre par vos narines, le chemin qu’il parcourt dans votre corps avant de ressortir. Faites-le sur quelques respirations, 10 ou 15, cela apaise.
  • Faire une détox d’infos : les infos sont une source incroyable de violence, de peurs, de frustration, d’angoisses, etc… Regarder les infos à la télé ne pourra que vous stresser davantage et engendrer des angoisses. Je ne dis pas qu’il ne faut plus s’intéresser à rien, mais intéressez-vous à ce qui vous intéresse vous, à ce qui vous fait du bien, ne soyez plus les spectateurs d’images qu’on vous impose tous les soirs à 20 heures. Pour ma part, j’adore visionner la chaîne Tistrya sur You Tube. Cela m’enrichit et me fait beaucoup de bien :

Petit pas de côté : qu’est-ce que vous aimez ? Qu’est-ce qui vous fait du bien ? Et faites entrer de plus en plus ces moments de bien-être dans votre quotidien.

3- Accueillir ses émotions

Accueillir ses émotions est un magnifique cadeau à s’offrir. Le but ultime est de les laisser circuler en acceptant de se laisser traverser par elles en devenant un simple spectateur de leur passage.

Pour ma part, aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été à fleur de peau. On disait de moi que j’étais chochotte et susceptible. Ce qui est vrai. Mais je sais que si j’étais autant chochotte et susceptible, cela s’expliquait en partie par le fait que je réprimais certaines de mes émotions.

comment arrêter de souffrir quand on est hypersensibleImaginez vos émotions comme l’eau d’une rivière : si vous construisez un barrage pour empêcher l’eau de couler, le cours d’eau gonflera jusqu’à détruire ce qui entrave son passage.

Les émotions, c’est pareil : si nous les empêchons de passer, si nous les réprimons pour faire plaisir aux autres, alors ces émotions prendront de la puissance. Elles gonfleront comme la rivière que le barrage empêche de s’écouler jusqu’à exploser comme une cocotte-minute. Nos émotions ont simplement besoin de circuler.

Petit pas de côté : lorsque vous sentez une émotion désagréable arriver, soyez OK avec le fait qu’elle soit là. Soyez tout simplement OK et laissez-là passer.

4- Retrouver l’estime de soi

L’antidote au poids du regard des autres, au sentiment de se sentir rejeté et anormal, c’est une bonne estime de soi. En effet, quand on aime qui on est, qu’on est fier(e) de soi, les autres peuvent bien nous regarder du coin de l’œil, ça ne nous fait rien. Je vous dirais même que de mon côté, maintenant parfois cela m’amuse 🙂

Comment faire pour retrouver l’estime de soi ?

C’est un chemin à suivre. Retrouver l’estime de soi ne se fait pas du jour au lendemain.

comment arrêter de souffrir quand on est hypersensiblePour commencer, sachez que lorsque nous avons une mauvaise estime de soi, c’est parce que nous focalisons notre regard sur tout ce qui est négatif chez soi. On ne voit que ses défauts, ses faiblesses, et on peut même avoir tendance à en rajouter, parfois sans même s’en rendre compte.

Pour ma part, je me suis aperçue que je croyais des choses sur moi qui étaient fausses. Tellement j’avais accordé de poids au regard des autres, lorsqu’on me disait que je n’arriverais à rien dans ma vie, j’ai fini par y croire.

Je vous propose dans un premier temps de prendre un papier et un crayon et de noter tout ce que vous trouvez qui est bien chez vous, tout ce qui est positif, tout ce que vous réussissez. Si vous avez du mal à trouver, ce peut être des choses qui vous paraissent très petites et anodines comme le fait de réussir à marcher, à parler, à réfléchir, à lire… Cela semble banal, mais remettez-vous dans les conditions de l’enfant qui apprend à marcher ou à lire. C’était compliqué pour lui mais à force de volonté, il a réussi. Vous pouvez le faire en repensant à votre journée et à ce qui a été positif pour vous.

Bon à savoir : pour retrouver l’estime de soi, il est très important de ressentir au fond de soi que ces choses que nous réussissons sont vraies pour nous. Ha ha ! Voilà que votre capacité à ressentir fortement les choses va vous servir à quelque chose 🙂

Prenez le temps et laissez le temps aux choses de s’infuser en vous.

Petit pas de côté : Pour retrouver l’estime de soi, il va donc s’agir de commencer à se focaliser sur ce qui est positif chez soi, sur ce qu’on réussit.

5- Se détacher du regard des autres

C’est tout un programme 🙂

Nous avons pris l’habitude d’accorder beaucoup de crédit à ce que pensent, disent et font les autres. Il va s’agir de changer cette habitude. Parce que les autres peuvent bien penser, dire ou faire ce qu’ils pensent, disent ou font, ça ne les regarde qu’eux. Ca ne vous regarde pas. Ce qu’ils pensent de vous, ce qu’ils en disent, ça leur appartient et ayez en tête qu’ils ne détiennent pas la vérité absolue.

Autrement dit, lorsque vous vous sentez touché(e) par quelque chose qui vient de l’autre, vous allez apprendre à vous détacher de ce qu’il dit, pense ou fait.

Petit pas de côté : Posez-vous la question : à qui est-ce que ça appartient ce qu’il/elle est en train de dire ou de faire ? Qui est en train de parler ou de faire quelque chose ? C’est bien l’autre qui parle ou qui fait, ce n’est pas moi. Cela ne m’appartient donc pas.

=> Pour aller plus loin, je vous propose de télécharger l’EBook « j’arrête de souffrir à cause des autres » à l’aide de l’un des formulaires du blog.

Ce qu’il faut retenir

Lorsque nous sommes hypersensibles, au fond nous souffrons parce que nous avons accordé trop d’importance au regard des autres. Cela nous a fait perdre l’estime que nous avions de nous-même.

comment arrêter de souffrir quand on est hypersensibleVous l’aurez compris, pour être plus heureux dans nos relations, il ne s’agit pas de prendre sur soi, mais au contraire de laisser libre cours à la vie qui est en nous en apprenant à la protéger. La protéger c’est se faire du bien, c’est revenir à soi, apporter des petites touches de bien-être dans notre quotidien.

Se faire du bien, se poser, respirer, laisser les émotions être là, ressentir en soi ce qui est bien chez soi, se détacher de ce que les autres pensent, disent et font, sont les clefs qui vont nous permettre d’ouvrir la porte à l’estime de soi et à plus de sérénité dans nos relations.

Mais ne croyez rien de ce que je vous dis. Tentez l’expérience pour vous-même et voyez ce que cela donne 🙂

Si vous avez appris quelque chose grâce à cet article, n’hésitez pas à liker ma page Facebook, j’y suis très sensible !!

Aussi, n’hésitez pas à partager votre expérience ou vos questions dans les commentaires 🙂

Emily

Pourquoi les hypersensibles souffrent-ils autant dans leurs relations ?

Pourquoi les hypersensibles souffrent-ils autant dans leurs relations ?

Avant de bien vivre avec mon hypersensibilité, je souffrais terriblement dans mes relations et je ne comprenais pas pourquoi. On se croit faible, nul(le), bon(ne) à rien, condamné(e) à souffrir, on se demande même si on n’est pas atteint d’une maladie… Nous sommes plongés dans un brouillard épais et on ne sait pas ce qui cloche vraiment. Mais au fond, pourquoi les hypersensibles souffrent-ils autant dans leurs relations ? Qu’est-ce qui les entrave dans leurs rapports avec les autres ? C’est ce que nous allons voir aujourd’hui : nous allons essayer de comprendre la racine de nos difficultés.

Read More Read More

Comment dépasser ses difficultés en cinq étapes clefs

Comment dépasser ses difficultés en cinq étapes clefs

Vous en avez marre d’abandonner ce que vous aimeriez pourtant tellement réaliser ?

Vous aimeriez savoir comment on fait pour dépasser ses difficultés ?

Se fixer des objectifs et aller au bout de ses rêves change notre vie et notre façon de vivre.

Nous prenons confiance en nous, nous nous estimons et nous nous aimons.

Cela fait entrer la joie dans notre vie, nous rencontrons de nouvelles personnes, de nouvelles opportunités s’offrent à nous.

C’est à la portée de chacun(e) qui le veut vraiment : il suffit d’apprendre pour savoir comment il faut faire. 

Read More Read More