Catégorie : Cesser de souffrir

Ca fait longtemps que je souffre, est-ce que je peux être heureux ?

Ca fait longtemps que je souffre, est-ce que je peux être heureux ?

Une question que tu te poses peut-être : ça fait longtemps que je souffre, est-ce que je peux quand même être heureux ? Je te réponds tout de suite dans cette nouvelle vidéo.

Ca fait longtemps que je souffre, est-ce que je peux quand même être heureux ?

Attention, ceci est la retranscription texte de la vidéo :

Salut, moi c’est Emily Lubaszka, je suis coach pour les personnes hypersensibles et pour les personnes qui comme moi ont vécu une enfance toxique. Alors aujourd’hui, je voudrais aborder une question, peut-être que toi aussi tu te la poses. Cette question, c’est : est-ce que moi aussi je peux être heureux, alors que ça fait longtemps que je souffre ?

Alors moi, jusqu’à il y a 3-4 ans, j’espérais toujours quelque part au fond de moi pouvoir être heureuse un jour. Et il y a 3-4 ans, j’étais complètement désespérée, j’étais même hyper frustrée, et j’ai même fini par me dire que j’y arriverai jamais. Alors là je te parle dans le domaine relationnel, parce que dans d’autres domaines je réussissais bien, notamment dans le domaine professionnel. Mais alors le domaine relationnel, c’était la catastrophe ! Et j’ai souffert comme ça pendant pas loin de 30 ans. 30 ans, quoi ! Bon aujourd’hui, j’en ai 40. Alors, je sais pas quel âge tu as toi. Peut-être que si tu es beaucoup plus jeune que moi tu trouves que je suis vieille, ou si tu es beaucoup plus âgé tu trouves que je suis jeune, bref on s’en fout de l’âge que j’ai.

ça fait longtemps que je souffre, est-ce que je peux être heureux ?Ce qui est important surtout, c’est que : tu vois, moi j’ai souffert pendant pratiquement 30 ans, et finalement tu vois moi j’ai réussi à devenir une personne heureuse. Parce qu’en fait le truc, c’est que moi j’ai cru pendant super longtemps, que, alors c’était une illusion, que j’allais rencontrer le prince charmant, et que c’était ça, c’était la rencontre avec un prince charmant qui allait me sauver de mes souffrances et de mes difficultés relationnelles. J’étais convaincue qu’en fait, l’amour, ça allait résoudre tous mes problèmes. Bon je peux te dire que je me suis bien cassé les dents sur cette illusion. Et en fait le truc, c’est que ma vie elle a commencé à changer le jour où j’ai compris que c’était une question de méthode.

On souffre parce qu’on a appris à souffrir, on a appris à être malheureux.

Si tu as eu une enfance toxique, si tu es une personne hypersensible qui a souffert en étant plus jeune, en étant enfant ou en étant adolescent, tu n’as pas appris à être heureux, tu as appris à souffrir. Donc du coupe tu peux pas avoir les bonnes bases, tu peux pas avoir les outils, tu peux pas avoir développé les ressources pour pouvoir être heureux. Par contre, t’as développé tous les outils, toutes les ressources possibles et imaginables pour être malheureux.

Moi j’aimerais bien, c’est quelque chose que je veux que tu comprennes : peu importe ton âge, tu peux apprendre à être heureux. D’ailleurs moi je suis émue quand j’ai des personnes qui m’écrivent soi sur Facebook ou soit par mail, et qu’elles me disent, et des personnes de…. J’avais eu une personne de 56 ans, et il y en avait peut-être des plus âgées. Et je pense que dans les personnes qui me suivent, il y en a très certainement des plus âgées. Et cette personne de 56 ans, elle m’a dit : je suis pratiquement arrivée au bout, et là ça y est, je vais réussir à être heureuse. Alors qu’elle avait galéré pendant… alors que comme moi elle aussi avait galéré pendant de nombreuses années, et elle en plus elle avait vécu des violences familiales avec son mari, enfin c’est quelque chose de terrible quoi.

Même ça, même quand tu vis ça quoi ! Même quand tu vis ça, tu peux quand même arriver à être heureux.

Donc c’est ça : moi je veux te redonner l’espoir que même si ça fait hyper longtemps que tu souffres, tu peux réussir à être heureux. C’est pas une question d’âge. C’est pas non plus parce que tu marines dans tes souffrances depuis x années, que tu ne peux pas être heureux. Ca il faut que tu le saches. Je veux que tu aies de l’espoir par rapport à ça. Si ça fait longtemps que tu souffres, je veux que tu saches que c’est possible que tu sois heureux.

Alors évidemment, c’est pas facile d’apprendre à être heureux, mais être malheureux je pense que c’est encore plus difficile. C’est encore plus difficile.

Voilà, en tout cas si tu as envie de suivre ce chemin là, si tu as envie d’être heureux dans tes relations, alors je t’invite à aller sur mon blog, je te mets le lien dans les commentaires juste en dessous. Tu pourras télécharger dessus un guide qui s’appelle « J’arrête de souffrir à cause des autres », aussi si tu as aimé cette vidéo, je te remercie de la liker et de t’abonner à ma chaîne, ça fera grandir notre communauté des personnes hypersensibles qui veulent être heureuses, et aussi des personnes qui ont vécu une enfance toxique et qui veulent être elles aussi heureuses.

Voilà, écoute, en attendant, je te souhaite une excellente soirée, une excellente journée, je ne sais pas quand tu regarderas cette vidéo, mais en tout cas je te dis à bientôt !

Ciao ciao !

Emily

Si cette vidéo t’a plue, n’oublie pas de liker ma page Facebook ! 

Une astuce simple pour ne plus se faire rabaisser par les autres

Une astuce simple pour ne plus se faire rabaisser par les autres

Il est arrivé à chacun d’entre nous de s’être fait rabaisser ou humilier par quelqu’un. Cela peut créer une blessure très profonde et douloureuse. Mais j’ai remarqué que lorsque les autres me rabaissaient ou m’humiliaient, j’étais déjà moi-même dans un état intérieur qui manquait de sérénité et j’étais peu sûre de moi. Avec cette astuce simple que je vais partager avec toi aujourd’hui, il est devenu difficile pour les autres de me rabaisser et de m’humilier. Elle permet aussi de sortir d’un état intérieur difficile pour se sentir mieux tout de suite.

Cliquez sur Play dans la barre juste au dessus pour écouter l’article en podcast de n’importe où et gagner du temps (dans les transports, dans les salles d’attente, en faisant la vaisselle, etc…)

Observer son corps

une petite astuce pour ne plus se faire rabaisser par les autresCommence par fermer les yeux. Observe mentalement ton corps quand tu te sens mal intérieurement. Comment te vois-tu ? Tu te vois recroquevillé, replié sur toi-même ? Tu as le dos courbé ? Observe ton corps.

Notre corps dit tellement de choses sur nous et que les autres perçoivent instinctivement… Par exemple, à quoi est-ce que cela te fait penser quelqu’un qui marche les yeux baissés, les mains dans les poches ? Au contraire, qu’est-ce que cela te renvoie comme émotion quand tu vois un enfant sautiller ? Un policier qui se tient à l’entrée d’un rond-point, les poings sur les hanches, les jambes un peu écartées ?

Notre corps ne ment pas. Instinctivement, la façon de se tenir de quelqu’un, de se mouvoir, de prendre la parole, nous en dit beaucoup sur son état intérieur du moment. On ressent ce qui se passe chez cette personne : si elle est stressée, détendue, si elle se sent bien ou mal, etc…Tu peux utiliser tous les subterfuges que tu souhaites pour cacher ton état intérieur, les autres le perçoivent.

Une personne qui se sent mal, qui a peu confiance en elle à cet instant aura tendance à être repliée sur elle-même, les yeux baissés, le dos courbé, les épaules remontées, etc…. Notre corps ne fait que suivre le mouvement de nos pensées et de nos émotions : quand on se sent mal, notre corps se replie sur lui-même parce qu’on a envie de se replier sur soi.

L’énergie et les pensées

une petite astuce pour ne plus se faire rabaisser par les autresAussi, quand on se sent mal et qu’on est replié sur soi, notre énergie ne circule pas. On aura tendance à l’empêcher de se déplacer en pratiquant une activité comme s’installer dans son canapé pour regarder la télé. On a envie de se replier sur soi, on cherche à moins souffrir et à ne plus penser aux situations qui nous font mal.

Egalement, on va chercher à éviter le contact avec les autres qui deviennent des menaces. Quand on se sent mal, que la confiance en soi nous fait défaut à cet instant, on est plus vulnérable et plus à même de se retrouver dans une situation dans laquelle on va se faire rabaisser et humilier. On a l’esprit confus, on ne sait plus où sont nos limites, on ne sait plus comment faire pour se protéger, la porte est grande ouverte pour que les autres s’engouffrent et s’ils sont mal intentionnés ou maladroits à cet instant, ils peuvent en arriver à nous rabaisser, nous humilier, nous blesser profondément.

Comme on ne veut pas vivre ce genre de douleurs, on préfère rester seul et coupé des autres.

On aura tendance à s’enfermer dans des pensées telles que Pourquoi je suis comme ça ? Je ne vais pas sortir et prendre le risque de souffrir à cause des autres… Les gens en profitent quand je me sens mal pour remuer le couteau dans la plaie…

A lire aussi : se libérer de la honte d’être soi

Une astuce simple pour ne plus se faire rabaisser par les autres

Pour prendre confiance en soi, il faut se mettre en mouvement et passer à l’action.

Il existe une petite astuce simple pour modifier rapidement son état intérieur, ce qui découragera les autres de te rabaisser.

une petite astuce pour ne plus se faire rabaisser par les autresDès maintenant, tu te tiens bien droit, dans une attitude détendue et relax. Moi j’aime relever en plus un peu le menton, avoir un port de tête fier. Fais-le et remarque comment tu te sens. Est-ce que tu sens une ouverture qui se fait ? Un mieux-être qui arrive ?

Ensuite, fais-le et observe comment les gens te regardent. Est-ce qu’il y a quelque chose qui change ?

La magie du changement d’attitude

Ce qui est magique avec le fait de se tenir bien droit, tout en restant relax, c’est que les sentiments comme les pensées négatives et les émotions désagréables ont tendance à s’effacer. On se sent bien, fier de soi, à l’aise.

Les autres vont avoir plus de difficultés pour t’atteindre, te rabaisser et t’humilier car on n’a pas envie de s’attaquer à quelqu’un qui reflète l’assurance et la confiance en soi.

L’autre truc magique, c’est que l’énergie se remet à circuler en soi. On est plus à même d’aller de l’avant et de reprendre une activité plus constructive que la télé 🙂

Ce qu’il faut retenir

Quand on se sent mal, on se replie sur soi. C’est normal, notre corps suit le mouvement de nos pensées et de nos émotions.

Et si au lieu de chercher à modifier tes pensées pour retrouver ton bien-être et améliorer tes relations, tu commençais par rectifier ton attitude pour retrouver énergie et bien-être ?

Les autres auront beaucoup plus de mal à t’atteindre. Cette astuce simple les empêchera de te rabaisser et t’humilier.

En tout cas, tente l’expérience, et vois ce que ça donne pou toi !

Si cet article t’a aidé et que tu souhaites prendre la voie de la confiance en soi pour t’épanouir dans tes relations, je peux t’accompagner personnellement. Je t’invite à découvrir mon accompagnement en cliquant ici.

Emily

Crédit photos : Unsplash

Comment gérer son hypersensibilité ? Ce que vous devez savoir

Comment gérer son hypersensibilité ? Ce que vous devez savoir

C’est une question fondamentale quand on est hypersensible : comment gérer son hypersensibilité ? Quand elle nous fait souffrir, on essaie par tous les moyens de la gérer mais on n’y arrive pas. Alors, comment faire ? C’est ce que nous allons voir tout de suite dans cette vidéo.

Ceci est la retranscription texte de la vidéo :

Bonjour ! Ici Emily, je suis conseillère pour les personnes hypersensibles. Aujourd’hui c’est le jour 1 de mon défi « une vidéo par jour pendant 30 jours », et aujourd’hui je voudrais aborder une question qui me semble fondamentale par rapport à votre hypersensibilité.

C’est de ne plus chercher à gérer et à contrôler votre hypersensibilité, ça c’est une erreur je pense que nous sommes très nombreux à faire. Il ne faut pas vous en vouloir pour ça, c’est tout à fait normal de chercher à la contrôler. Vous avez cherché à la contrôler parce que vous avez senti très certainement à un moment donné de votre vie que votre hypersensibilité gênait les autres et comme elle gênait les autres, vous aviez certainement peur de vous faire rejeter par ces autres à cause de votre hypersensibilité. Donc du coup pour ne pas vous faire rejeter et continuer d’être aimé pour les autres, d’être aimé par les autres, vous avez cherché à contrôler cette hypersensibilité. C’est tout à fait normal.

Mais si vous êtes là aujourd’hui c’est certainement que vous souffrez de votre hypersensibilité, et vous vous êtes peut-être rendu compte que chercher à la contrôler et chercher à la gérer ne vous avait pas apporté plus de bonheur que ça. Alors peut-être que oui, peut-être que vous avez réussi à bien vous insérer dans la société moi ça a été mon cas. Voilà vous avez quand même réussi à construire votre vie, mais est-ce que vous êtes vraiment heureux ?

Au lieu de chercher à contrôler et à gérer cette hypersensibilité, posez vous la question différemment en fait. Au lieu de vous demander « comment est-ce que je peux faire pour gérer mon hypersensibilité ? » Demandez-vous plutôt « Comment est-ce que je peux faire pour gérer les conséquences de mon hypersensibilité ? »

Je vous donne un exemple : si par exemple vous êtes quelqu’un qui se met facilement en colère, qui sort facilement de ses gonds, qui êtes à fleur de peau, si vous êtes comme ça pour le moment, posez-vous la question « comment est-ce que je peux faire pour gérer ma colère ? » Au lieu de gérer votre hypersensibilité. En vous posant cette question là, de chercher à gérer votre colère, forcément ça fera baisser votre hypersensibilité. Vous serez moins sensible parce que vous saurez comment vous protéger, vous saurez comment vous protéger pour ne pas vous mettre en colère.

Je vais vous donner mon exemple. Moi je suis quelqu’un justement qui sort facilement de ses gonds, et ça m’arrive de me mettre en colère quand je suis au travail parce que nous avons des réunions, il y a une mauvaise ambiance dans mon travail, et du coup quand c’est comme ça, moi ça me, je me sens à fleur de peau. Alors pas toujours, quand je n’arrive pas à me laisser traverser par mes émotions. Mais du coup, voilà je me sens d’un coup à cran, je me sens submergée par ma colère, submergée par des émotions et maintenant j’ai compris que pour mieux gérer cette colère, eh ben je sors tout simplement de la pièce, et comme ça moi ça me permet de faire baisser la pression. Je respire un coup, la colère redescend et ça va mieux. Et vous savez quoi ? En faisant ça eh bien je me rends compte que je suis de moins en moins en colère. Si vous êtes quelqu’un qui pleure facilement, qui fond en larmes, si vous êtes quelqu’un qui sort de ses gonds, si vous êtes quelqu’un qui se sent rejeté, qui se sent pas aimé, posez-vous la question « comment est-ce que je peux faire pour préserver, pour faire en sorte que je ne sois pas, que je sois moins en colère, pour faire en sorte que je fonde moins en larmes, pour faire en sorte de ne plus me sentir rejeté par les autres, pour faire en sorte de me sentir bien, pour faire en sorte de me sentir aimé par les autres.

Ce sont ces questions-là qu’il faut que vous vous posiez et non plus la question « comment est-ce que je fais pour gérer mon hypersensibilité ? »

Voilà, c’était ma première astuce pour ce défi vidéo pendant 30 jours.

Si vous avez appris quelque chose, si la vidéo vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner en cliquant sur le lien, ça doit être ici ou ici. Je vous invite aussi à vous rendre sur mon blog sur lequel vous pourrez télécharger un ebook qui est entièrement gratuit. Il vous suffit de rentrer votre prénom et votre adresse mail, comme ça vous recevrez l’Ebook directement dans votre mail. Comme ça, vous le lirez quand vous voulez l’Ebook. Il s’appelle « j’arrête de souffrir à cause des autres »

Et si la vidéo vous a plu également, n’hésitez pas à mettre un petit pouce bleu ou à la partager, ça fera autant de bien à moi qu’aux personnes de votre entourage à qui vous pensez que ça pourrait faire du bien. Voilà, sinon je vous dis à bientôt pour une prochaine vidéo !

Si cette vidéo vous a plu, n’hésitez pas à liker ma page Facebook j’y suis très sensible !

Emily

Merci à Unsplash pour la photo

Comment gérer son hypersensibilité

Je pense que je suis nul. Que faire ?

Je pense que je suis nul. Que faire ?

Quand on est hypersensible, on a vite fait de se dire “je suis nul, je n’arrive pas à gérer mon hypersensibilité“. Vous verrez dans cette vidéo comment se défaire de cette pensée efficacement. Ceci vous permettra de retrouver de l’estime de vous-même.

Ceci est la retranscription texte de la vidéo :

Bonjour ! Ici Emily, je suis conseillère pour les personnes hypersensibles. Aujourd’hui c’est la vidéo numéro 3 de mon défi une vidéo par jour pendant 30 jours, dans lesquelles je vous donne des astuces pour commencer à cheminer vers un mieux-être avec votre hypersensibilité, pour commencer à l’accepter et pour cheminer vers plus de bonheur.

Aujourd’hui il y a un sujet qui me tient à coeur sur lequel je voudrais parler. C’est, lorsqu’on est hypersensible, souvent quand on en souffre on se dit qu’on est nul.

je pense que je suis nul. Que faire ? Pourquoi est-ce qu’on pense qu’on est nul ?

On pense qu’on est nul parce que, on a beau faire pour gérer notre hypersensibilité, on a beau tout faire, tout mettre en oeuvre pour essayer de gérer notre hypersensibilité, il n’y a rien à faire, on n’y arrive pas, et parfois c’est même de pire en pire. Nos émotions nous submergent complètement, on n’arrive pas à gérer le truc.

J’aimerais que vous commenciez à comprendre : c’est que vous n’êtes pas nul, vous n’avez tout simplement pas appris la bonne méthode pour réussir à vivre avec votre hypersensibilité, à vivre avec ce que vous êtes. Et pour être pleinement épanoui, c’est une question de méthode, ce n’est pas une question de personne.

Commencez à prendre conscience de ça, qu’en fait vous êtes une personne sur laquelle vous avez au fur et à mesure mis plein plein plein de choses négatives, pour un tas de raisons, et c’est très souvent, ce sont des raisons qui sont légitimes.

C’est parce qu’au départ on s’est senti rejeté par les autres, on a senti qu’on les dérangeait, et donc du coup on a essayé de s’adapter comme on pouvait, on a essayé de compenser mais le problème c’est qu’en essayant de s’adapter, ben on n’a pas fait comme il fallait. On a fait comme on a pu mais au final on se rend compte que ce n’était pas la bonne solution.

L’être que vous êtes, vous êtes quelqu’un de naturellement bien, de naturellement joyeux et au fur et à mesure, comme je vous le disais, voilà vous avez empilé les couches de peur, de sentiments de rejet, vous avez réprimé vos émotions, vous vous êtes mis en colère, vous êtes triste. Voilà, votre être profond il est enseveli là dessous et le but ça va être d’aller rechercher cet être qui est là, qui est là au fond de vous. On confond souvent la personne que nous sommes avec la personne qui agit. C’est totalement différent : vous êtes une personne qui a appris à vous adapter, vous êtes une personne qui a appris à ne pas vous faire rejeter plus ou moins. Vous êtes une personne qui a appris à réprimer ses émotions parce qu’il y a un moment donné, vous n’aviez pas le choix vous avez dû faire comme ça, quoi. Vous avez dû faire comme ça donc.

Aujourd’hui, le truc ça va être d’apprendre la bonne méthode pour que vous ne vous sentiez plus nul, bon à rien et donc le truc maintenant ça va être d’apprendre la bonne méthode pour que vous puissiez retrouver cet être que vous êtes et ne plus vous sentir nul, mais au contraire vous sentir fier de vous et faire en sorte que vous soyez heureux dans votre vie, que ce soit avec vous-même, avec vos relations, avec votre entourage, etc etc…

Voilà c’est mon astuce pour aujourd’hui. C’est que vous commenciez à distinguer la personne que vous êtes de la personne qui agit, c’est deux choses bien différentes. Il suffit d’apprendre la bonne méthode pour revenir à l’être que vous êtes et enfin agir à bonne escient et faire les choses en harmonie, pour que vous puissiez faire en sorte d’être enfin heureux avec votre hypersensibilité.

Voilà, donc si vous avez appris quelque chose avec cette vidéo n’hésitez pas à vous abonner à la chaîne, ça doit être ici ou ici, pour suivre mon défi et puis à apprendre des astuces pour vivre mieux avec votre hypersensibilité.

En attendant je vous invite également à vous rendre sur mon blog, je vous mets le lien dans les commentaires, pour que vous puissiez télécharger gratuitement votre ebook qui s’appelle « j’arrête de souffrir à cause des autres ». Il vous suffit de rentrer votre prénom et votre adresse mail pour recevoir l’Ebook directement dans votre messagerie, et en plus comme ça, vous serez mis au courant de mes prochains articles que je publierai sur mon blog.

Voilà en attendant je vous dis à demain !

Emily

N’hésitez pas à liker ma page Facebook, j’y suis très sensible !

8,5 moyens pour se détacher des autres

8,5 moyens pour se détacher des autres

Etre attaché.e aux autres fait terriblement souffrir. Surtout quand on a trop d’attentes envers les autres. On se sent meurtri.e, blessé.e, frustré.e, impuissant.e. Pour moins souffrir, on fait plein de choses qu’on regrette amèrement ensuite : téléphoner pour accuser l’autre de sa distance, ou au contraire sous le coup de l’émotion on l’envoie balader… Comment faire pour se détacher des autres sans se détacher de l’amour ? Je te propose 8,5 moyens qui m’ont aidé à y parvenir 🙂

1- Diversifier ses relations

Quand on souffre d’être trop attaché.e à quelqu’un, c’est parce qu’on attend de cette personne qu’elle comble tous nos besoins. On se focalise sur elle. C’est un véritable calvaire à vivre.

Pour se détacher des autres, une chose à savoir c’est de diversifier ses relations. Cesser l’exclusivité. Autrement dit, ne pas tout attendre d’une seule et même personne. D’autres personnes de ton entourage peuvent aussi combler certains de tes besoins. Il se peut même qu’il existe des personnes autour de toi auxquelles tu n’as pas pensé et qui seraient ravies de passer un moment avec toi, de te soutenir, de t’aimer…

2- S’aimer

8,5 moyens de se détacher des autresParmi ces personnes qui peuvent combler tes besoins, la première qui peut le faire c’est… toi-même ! Il n’est pas question ici d’égoïsme ou de narcissisme exagéré. Il est question d’amour de soi. Quand on aime la personne que l’on est, on est à l’abri de souffrir à cause des autres. Parce qu’on veut préserver cet amour qui nous est si précieux (surtout quand on a passé du temps et de l’énergie à le gagner ! 🙂 ).

A lire aussi : Sortir des dépendances affectives : voici la clef qui ouvre la porte de la liberté

Apprendre à s’aimer soi-même est une condition sine qua none pour se détacher des autres et mieux les aimer. Si tu t’aimes toi-même, tu n’as plus besoin de t’attacher aux autres comme à une bouée de sauvetage.

3- Si ça ne marche pas avec quelqu’un, c’est pas grave

Ca peut arriver qu’on fasse des rencontres amicales ou amoureuses pour lesquelles on a un coup de coeur, et que ça ne soit pas partagé par l’autre. Pourtant notre intuition nous dit que ça colle, on se sent bien en présence de cette personne, on est sur la même longueur d’ondes, mais l’autre ne semble pas partager notre ressenti.

Au lieu de s’acharner à vouloir faire ouvrir les yeux de l’autre, passe ton chemin 🙂 C’est pas grave.

Il existe beaucoup de personnes sur la planète avec lesquelles on peut être sur la même longueur d’ondes. Croire que seul.e cet autre nous correspond est une illusion. Cesser de croire en cela aide à se détacher des autres.

4- Je ne suis plus la seule à prendre des nouvelles

Un autre truc qui aide à se détacher des autres, c’est de cesser d’être la seule personne à prendre des nouvelles. Une relation doit être réciproque, aller dans les 2 sens, sinon ce n’est pas une relation. Quand ça ne va que dans un sens, l’autre devient une bouée de sauvetage à laquelle on s’attache soi-même.

Cesse d’attendre après un coup de fil, un SMS, un message Facebook.

Si l’autre a envie de te voir et d’avoir des contacts avec toi, il te le fera savoir. Il vaut mieux que tu te sentes mal quelque temps que de rester attaché à quelqu’un qui te fera souffrir pendant longtemps.

5- Vérifier ses sentiments

Parfois, on est attiré par quelqu’un et on est mitigé sur ce qu’on ressent. On ressent de la joie mais aussi des trucs bizarres. On ne sait pas trop ce que c’est, on a du mal à définir, il y a des choses qui nous mettent mal à l’aise, des choses chez l’autre qui ne nous reviennent pas.

Stop, on arrête tout de suite ! Relation toxique en vue !

Pour se détacher de ces autres qui pourraient t’être nuisibles, vérifie d’abord tes sentiments : est-ce que ce que tu ressens c’est pleinement de la joie ? Est-ce que tu es parfaitement à l’aise avec cet autre ? Est-ce que tu te sens parfaitement bien avec cette personne ?

Si ce n’est pas le cas, si ta petite voix te dit qu’il y a quelque chose qui cloche, même si tu ne sais pas ce que c’est, fais-lui confiance, écoute-là et fuis !

6- Ne plus chercher à sauver le monde

8,5 moyens de se détacher des autresNombreux sont ceux qui veulent aider les autres à tout prix. Ca part toujours d’une bonne intention. Tu peux tendre des perches aux autres, mais s’ils ne la saisissent pas, qu’est-ce que tu fais ? On fait souvent l’erreur de plonger avec eux pour les sauver, quitte à se noyer. J’en parle plus en détail dans cet article si ce sujet t’intéresse.

Se détacher des autres, c’est aussi se détacher de l’idée qu’il faut absolument que le monde soit peuplé de gens heureux comme toi tu l’entends. Ne vois pas cela comme une critique, mais aie en tête que tu ne sais pas ce que recherche l’âme de l’autre dans cette vie-ci. Même si tu ne comprends pas pourquoi ils disent ou font ce qu’ils font, ce sont leurs choix et cela ne t’appartient pas.

7- Laisser le temps faire ce qu’il a à faire

Se détacher des autres implique de laisser le temps à tes sentiments de vivre à l’intérieur de toi. Si tu as eu le coup de cœur pour quelqu’un qui ne l’a pas eu en retour par exemple, tes sentiments auront besoin de temps pour te quitter.

Accorde-toi le droit d’être triste, d’avoir des regrets, d’être déçu.e, de te sentir mal. C’est tout à fait normal de ressentir des sentiments et des émotions désagréables. De plus, le fait de les laisser vivre en toi, de ne leur opposer aucune résistance, de leur donner tout ton amour, fait baisser en intensité tes émotions et tes sentiments. Puis au bout d’un moment, ils s’en vont comme ils étaient venus.

8- Apprendre à se détacher des autres

Se détacher des autres, ça s’apprend comme on apprend à parler anglais ou à jouer du piano. Je te recommande vivement de vous procurer le livre de Byron Katie « Aimer ce qui est » dont j’ai fait la chronique sur « ici ». Byron Katie, avec sa méthode, a appris à des millions de gens à se détacher de leurs pensées, à ne plus souffrir à cause des autres, à trouver la paix intérieure.

8,5- En bonus

8,5 moyens de se détacher des autresPuisque tu as lu cet article jusqu’ici, je t’offre en bonus ceci : lorsqu’on apprend à se détacher des autres, on ne rencontre plus les mêmes personnes. On rencontre enfin des gens biens, avec lesquels on se sent bien. On entre au fur et à mesure dans l’amour véritable de soi et des autres.

« S’attacher à quelqu’un » et « aimer quelqu’un » sont deux notions très différentes. Je t’offre ce petit texte de Jacques Salomé tiré de son livre « Jamais seuls ensemble », qui permet de saisir la différence entre ces deux approches.

T’aimer sans te soumettre

T’apprivoiser sans t’enfermer

Te connaître sans te figer

Te trouver sans me cacher

Te rejoindre sans te menacer

T’accueillir sans te retenir

Te demander sans t’obliger

Te donner sans me vider

Te refuser sans te blesser

Te quitter sans t’oublier

Te remplir sans te combler

T’être fidèle sans me tromper

Te sourire et m’attendrir

Te découvrir et m’étonner

M’émerveiller et m’abandonner

à la fluidité de l’élan,

à l’unisson du partage

au bonheur de rêver l’avenir

 

Et rester ainsi vivant et libre,

ouvert, agrandi

aux possibles de nos rencontres.

Ce qu’il faut retenir

Pour se détacher des autres, il est essentiel de cesser l’exclusivité avec quelqu’un, de revenir à soi, et de faire confiance à ce qu’on ressent. Ne plus se prendre la tête à vouloir sauver les autres, il existe des tas de personnes avec lesquelles on pourra s’épanouir pleinement.

Laisser le temps faire son oeuvre, accepter qu’on soit traversé par des sentiments et des émotions désagréables, ils font partie de la vie ! C’est ainsi qu’on devient plus heureux 🙂

Sois doux et bienveillant avec toi-même, vas-y à ton propre rythme. Se détacher des autres, ça s’apprend et cela nécessite qu’on y consacre du temps.

Si cet article t’a été utile et que tu souhaites prendre la voie de la confiance en soi pour t’épanouir dans tes relations, je peux t’accompagner personnellement. Je t’invite à découvrir mon accompagnement en cliquant ici.

Emily

Crédit photos : Unsplash