Vivre avec ses émotions

3 choses à mettre en place pour être plus fort émotionnellement

Vivre en étant émotionnellement fort lorsque nous sommes hypersensible, c’est compliqué. Nous sommes fragiles et instables dans ce domaine, ce qui est contradictoire avec le sentiment d’être fort. Pour ma part, j’ai appris à être plus zen avec mes émotions, je suis devenue plus forte. Il arrive même que des personnes de mon entourage me demandent comment je fais pour être aussi zen, alors qu’elles-mêmes ne sont même pas hypersensibles 🙂 Je vous propose dans ce nouvel article de voir ensemble comment j’ai fait, quelles sont les trois choses principales que j’ai mises en place pour être plus forte émotionnellement. 

1- Les émotions sont mes amies

Quand c’est encore dur pour nous d’assumer notre hypersensibilité, nous allons avoir tendance à réprimer nos émotions ou à les nier. Nous voyons bien (d’autant mieux que nous sommes hypersensibles :)) que nos larmes ou notre colère ne sont pas reçues par notre entourage comme nous le souhaiterions. Il nous trouve bizarre, nunuche, on exagère… Et nous, nous ne comprenons pas leur réaction. Il devrait pourtant nous comprendre !

Pour ne pas nous sentir rejeté(e) par nos proches et par la société, nous allons réprimer nos émotions.

Or, ce que j’ai compris avec le temps, c’est que nos émotions existent pour une bonne raison : elles sont des garde-fous qui nous signalent que nous avons été touché(e) à l’intérieur de nous. Par exemple, je peux être en colère parce que mon copain m’a raccroché au nez. Qu’est-ce qui se cache derrière cette colère ? Peut-être que je ne me sens pas entendue, reconnue, acceptée, aimée, etc…

Mon émotion vient me dire qu’il se passe quelque chose en moi qui a besoin d’être écouté. Qu’il y a une blessure qui a besoin d’être soignée.

Contrairement à mon adolescence et le début de mon âge adulte, époques pendant lesquelles je craignais mes émotions, aujourd’hui je fais équipe avec elles. Lorsque je ressens de la colère ou de la tristesse, maintenant je me demande “qu’est-ce que cela vient toucher chez moi ? Pourquoi suis-je triste ou en colère ? Quelle blessure est-ce que cela vient réveiller ?” Mon émotion est une amie : elle me dit que quelque chose en moi a besoin de mon attention. Maintenant je considère mes émotions comme un projecteur qui met la lumière sur ce qui fait mal dans mon coeur.

Aussi, au fils du temps, vous remarquerez qu’en acceptant leur présence, en les écoutant, elles perdent de leur intensité.

2- Je me détache émotionnellement des autres

Quand on est hypersensible, l’une de nos caractéristiques est que nous sommes de véritables éponges. Nous ressentons fortement les émotions, les sentiments, l’état intérieur, l’énergie des autres. Avant, lorsque quelqu’un explosait de colère devant moi, ou était triste, ou bien, plus insidieux, essayait de me faire culpabiliser, je prenais tout pour moi.

A lire : la culpabilité : comment s’en débarrasser

Je vais illustrer avec un exemple que j’ai vécu personnellement.

Quand, naïvement, sans faire le tri des personnes à qui je me confiais, j’annonçais que j’allais passer le concours d’entrée en école d’assistante sociale, des personnes proches m’ont répondu :

  • Toi, devenir assistante sociale ? me disaient-elles en me toisant de la tête aux pieds.

Cette attitude et la façon de me parler avait pour but de me rabaisser et de faire vaciller ma confiance en moi. Et ça marchait : je me disais que quelque part, elles devaient avoir raison. J’avais l’impression d’être minable, ma confiance en moi était toute ratatinée. Or, le temps a démontré que j’avais tort de leur donner raison. J’ai eu mon concours et ensuite mon diplôme d’assistante sociale avec une moyenne de 14 / 20 😀

Puis, avec le temps, j’ai pris l’habitude de me demander : “les émotions, les réactions, les sentiments qui me sont renvoyés, est-ce que cela m’appartient ou est-ce que cela appartient à l’autre ?” Si je me rends compte que cela ne m’appartient pas, je laisse aller.

Ne pas se laisser embarquer par l’autre, apprendre à se détacher émotionnellement de ce qu’il vit, de ses réactions, peut nous être précieux. Cheminer vers ce détachement nous apprend à rester à sa place à soi, à protéger son intégrité, son intimité, à protéger notre maison intérieure 🙂

Lire aussi : 5 habitudes à prendre pour ne plus se faire bouffer par les autres

3- Le besoin non satisfait

J’ai compris, grâce à un coach qui supervisait l’équipe avec laquelle je travaille, que derrière chaque émotion, sentiment, réaction difficile exprimée se dissimule un besoin qui n’est pas satisfait. C’est une blessure qui fait encore mal et qui parle.

Entendre et intégrer cette notion a été une révélation pour moi. Cela m’a rendue plus forte émotionnellement car ma peur des réactions des gens s’est amenuisée. Cette notion ouvre aussi la porte à une empathie encore plus accrue chez nous, les hypersensibles.

Lorsque ces personnes me toisaient de la tête aux pieds et me rabaissaient, en apparence elles me paraissaient être très fortes. Parce qu’elles osaient se moquer de moi, elles me donnaient l’impression d’être des personnes qui savaient s’affirmer. Mais si je creuse, que se cachait-il derrière leurs moqueries ?

Est-ce que je leur renvoyais que moi j’osais exprimer mon rêve et que j’agissais pour le réaliser ? Est-ce que mon projet les renvoyait à leurs propres médiocrités ? Est-ce qu’elles avaient grandi dans des familles où on ne valorisait pas le rêve ? Est-ce qu’elles craignaient que je prenne de la hauteur par rapport à elles ? Il peut être plus facile de se moquer de quelqu’un plutôt que d’avouer qu’on se sent petit et fragile.

Chercher quel est le besoin non satisfait de la personne lorsqu’elle exprime une émotion m’a rendue beaucoup plus forte émotionnellement. Parce que je sais que c’est une blessure, une fragilité qui parle.

Ce qu’il faut retenir

Pour être plus fort émotionnellement, je vous invite à :

  • Accepter la présence de vos émotions, à les voir comme des amies qui sont là pour vous montrer quelles sont vos blessures qui ont besoin de votre attention.
  • Ne pas prendre les émotions des autres pour vous. Laisser l’autre à sa place et rester à la vôtre vous permettra d’apprendre à protéger votre intégrité.
  • Chercher quel est le besoin non satisfait, la blessure qui parle lorsque quelqu’un exprime une émotion difficile, fera que vous aurez moins peur de cette personne et ouvrira une nouvelle dimension à votre compassion.

Cette liste n’est pas exhaustive bien entendu. Est-ce que de votre côté vous mettez d’autres choses en place pour être plus fort(e) émotionnellement ? N’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires, ensemble nous sommes plus fort 🙂

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à liker ma page Facebook, ça me fera très plaisir !! 🙂

Emily

NB : Cet article a été écrit pour un évènement inter-blogueur proposé par Matthieu, du blog https://vivre-ses-emotions.fr. Matthieu a proposé un sujet sur lequel les blogueurs qui le souhaitent écrivent un article. Il a ensuite réuni les articles dans un livret. L’intérêt, c’est que le lecteur a sur le même thème des points de vues, des histoires, des styles d’écriture différents. Et pour nous, blogueurs, l’intérêt est double puisque le carnaval d’articles nous permet de nouer des liens avec d’autres blogueurs et de nous faire connaître auprès d’un lectorat.

12 pensée sur & ldquo; 3 choses à mettre en place pour être plus fort émotionnellement & rdquo;

  1. Bonjour Emily.

    Bel article qui exprime bien ta capacité de résilience dont tu as fait preuve.
    Prendre de la distance avec les autres et aussi avec ses émotions n’est pas chose facile à faire mais cela est tellement important pour évoluer dans la vie.
    Merci pour tes conseils.
    Paul

    1. Bonjour Paul,

      Merci pour ton commentaire. Non ce n’est pas facile (quoique, ceci est une croyance 😉 ). Mais se faire embarquer par les émotions des autres est encore moins facile je trouve. C’est important de prendre de la distance effectivement, c’est ainsi que nous pouvons devenir heureux 🙂

  2. Bonjour ! Cet article est tellement authentique. Pour moi, le dernier cas a eu lieu il y a quelques jours et ma conclusion en remontant en voiture était exactement la même : « Ces émotions merd..ques n’appartiennent qu’à ce pauvre gars, même s’il a tout fait pour essayer de me les refiler ! »
    Je venais d’échanger un article défectueux. Le vendeur a tout fait pour que je me sente nulle : nier que l’article était avarié, alors que ca se voyait à l’œil nu, admis qu’il devait le reprendre uniquement quand je lui ai fait remarqué qu’il n’y avait pas de délai de retour pour les vices cachés et que je connaissais mes droits, appelé son chef au téléphone en me dénigrant ouvertement, fini par respecter ses obligations comme si j’étais particulièrement pénible, mais que bon, s’il fallait en passer par là, il acceptait d’échanger l’article (en toute légalité, il aurait même dû me rembourser). Pendant cet échange, je rétrécissais derrière le comptoir tandis que la pression montait à l’intérieur de moi (dangereuse combinaison, genre « explosive »). Finalement, je lui ai demandé avec calme, était-ce vraiment la peine de me faire me sentir si mal, en plus pour quelque chose où nous avions peu d’influence, puisque les règles sont écrites et qu’il suffisait de les respecter.
    En sortant du magasin, je bouillais encore, quand je me suis tout à coup rappelée, que je n’avais aucune raison d’accepter et d’engranger les mauvaises vibrations de cette personne. Bref, j’ai reconnu que je n’avais commis aucune faute, j’ai recraché sur le trottoir les émotions négatives survenues lors de cette discussion, je suis montée dans ma voiture, j’ai pris un moment pour penser aux pauvres vendeurs de cette chaîne qui devaient sans doute travailler dans un mauvais climat, puis j’ai mis la musique et je me suis envolée.

    1. Merci Virginie de partager ton expérience. On peut vite se faire embarquer par les émotions des autres, et la culpabilisation comme tu l’as décrite peut être très insidieuse…. Penser à se repositionner, reprendre la place qui est la nôtre et laisser l’autre à la sienne est salvateur, tu le décris très bien, car tu as réussi à t’envoler tout de suite 🙂 Bravo !

  3. Très pertinent ! C’est vrai que les émotions peuvent être étudiées et contrôlées. Merci pour ces précieux conseils 🙂

  4. après avoir lu l’article, j’aimerais comprendre pourquoi ma belle mère ,la fille de mon mari et mon frère cherchent me rabaisser ,m’insultée?il sont souvent en colère quand on ne fait ce qu’ils demandent;

    1. Bonjour Annie,

      Le pourquoi les autres font, disent ou pensent ce qu’ils font, disent ou pensent ne les regarde que eux. Si ces personnes souhaitent changer leur attitude, c’est à elles de s’engager dans cette démarche. Savoir pourquoi ne résoudra pas vos difficultés. En revanche, ce qui vous aidera, c’est de comprendre que si ces personnes réussissent à vous rabaisser et à vous insulter, c’est parce qu’il existe une part à l’intérieur de vous qui laisse les autres vous rabaisser et vous insulter. Vous-même est-ce que vous vous rabaissez ? C’est par là que vous pouvez commencer.

      Est-ce que vous avez téléchargé le guide gratuit « relations : comment corriger la principale erreur qui nous empêche d’être heureux ? » D’autres articles sur le blog pourront vous aiguiller aussi.

      Bonne journée à vous 🙂

  5. Je ne peux que te dire merci…. encore une fois pour ce super article !!!
    Tout fait écho en moi et je me sens tellement plus seule ….!!!!
    C’est absolument incroyable pour moi de découvrir par des mots si simples et expériences concrètes (qui me parlent tellement)….. comment accepter ses émotions et surtout se DÉTACHER de l’autre…
    J’avais toujours un énorme malaise en moi car quand une personne me parlait je sentais tellement ses énergies / sa vie intérieur que je pensais vraiment qu’il me manquait une case …. mais non…. WOUHAOU!

    1. Ton message me donne beaucoup d’énergie car je tiens ce blog pour exactement recevoir ce genre de message : redonner de l’espoir aux autres qu’il est possible d’être heureux. Merci Ya 🙂

  6. […] La dépression, la peur, la douleur sont des cadeaux qui nous disent « A quoi es-tu en train de penser à cet instant ? Tu vis dans une histoire qui n’est pas vraie pour toi ». Une fois piégés dans nos histoires, nous recherchons à l’extérieur de nous pour tenter de modifier les émotions stressantes qui y sont liées. Généralement nous prenons conscience de l’émotion qui vient avant la pensée. L’émotion est donc un signal d’alarme qui nous indique qu’il existe en nous une pensée à laquelle nous pourrions avoir envie d’appliquer le Travail. C’est un sujet que j’aborde dans un article qui traite des trois choses que je mets en place pour être plus forte émotionnellement. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *